National

Les jeunes caquistes remettent en question le financement du système de santé

Les jeunes caquistes remettent en question le financement du système de santé
Photo: Facebook/Commission Relève - Coalition Avenir Québec (CRCAQ)Le président de la Commission de la relève de la Coalition avenir Québec, Kevin Paquette.

SHERBOOKE, Qc — Les jeunes caquistes remettent en question le financement du système de santé public. 

Réunie en congrès samedi et dimanche à Sherbrooke, la Commission de la relève de la CAQ (CRCAQ) entend se pencher sur «la pérennité du financement du système de santé». Toutefois, elle prend bien garde de ne jamais avoir recours aux mots «privé» et «privatisation».

Dans leur cahier de propositions intitulé «Horizons 2050», les jeunes caquistes demandent «jusqu’où irons-nous dans l’acceptation du fait que la santé accaparera toujours une part croissante des budgets de l’État québécois».

Ils soulignent qu’entre 1980 et aujourd’hui, la proportion des dépenses de programme du Québec consacrée à la santé est passée de 30 pour cent à plus de 50 pour cent.

La Commission relève se questionne à savoir si les Québécois sont prêts à se rendre à 70 pour cent en 2030 «comme le suggèrent certaines études».

Elle propose au gouvernement Legault de mettre sur pied un comité de travail indépendant sur la pérennité du financement du système de santé.

Par ailleurs, dans leur cahier de propositions, les jeunes caquistes recommandent notamment de ne pas imposer les heures supplémentaires effectuées par certaines catégories d’employés, comme les préposés aux bénéficiaires, afin de pallier en partie une «préoccupante rareté de la main-d’oeuvre».

En outre, une série de propositions vise également les milieux scolaires et étudiants. L’aile jeunesse de la CAQ suggère de mettre en place des mesures de sensibilisation pour réduire le nombre d’acouphènes chez les jeunes, résultant de l’usage d’écouteurs.

Ils demandent aussi au gouvernement de mieux protéger la liberté d’expression dans les universités, pour empêcher certains groupes de museler des individus et des organisations.

Enfin, une série de propositions sont destinées aux régions. La Relève caquiste demande notamment d’améliorer le transport en commun interrégional, d’accroître les services d’éducation collégiale et universitaire en région, ainsi que de mettre sur pied un programme de bourse pour les étudiants qui font leur stage en région.

Patrice Bergeron, La Presse canadienne