National

Funérailles du président de Savoura et de son fils à Saint-Jérôme

Funérailles du président de Savoura et de son fils à Saint-Jérôme
Photo: Archives/La Presse canadienne/Graham HughesStéphane Roy

MONTRÉAL — Les funérailles du président de Savoura, Stéphane Roy, et de son fils de 14 ans, Justin Roy-Séguin, ont été célébrées samedi en la cathédrale de Saint-Jérôme, dans la région des Laurentides.

 L’homme d’affaires Stéphane Roy et son garçon sont morts dans l’écrasement de leur hélicoptère à lac Valtrie situé au nord du Parc du Mont-Tremblant.

Stéphane Roy et son fils Justin avaient été portés disparus, le 10 juillet, ce qui avait donné lieu à de nombreuses opérations de recherche impliquant les autorités, l’armée, la famille et de nombreux pilotes bénévoles.

L’hélicoptère appartenant à M. Roy, âgé de 55 ans, a été retrouvé 15 jours plus tard au lac Valtrie, avec les corps des victimes.

Stéphane Roy était le président de Sagami-Savoura.

L’entreprise que l’on connaît aujourd’hui compte neuf sites de production, dont les produits sont vendus dans les plus grandes chaînes d’alimentation au pays ainsi qu’aux États-Unis . Elle a vu le jour en 1995, lorsque M. Roy avait fondé Serres Nouvelles Cultures.

C’est en 2000 que le nom Sagami est donné à la production de tomates en serre dans la foulée de l’acquisition de Serres Sagami, au Saguenay—Lac-Saint-Jean. Puis, en 2011, la compagnie établie à Sainte-Sophie, dans les Laurentides, se lance dans la production de tomates biologiques.

Les années suivantes donnent lieu à plusieurs acquisitions, dont celle de Savoura.

Alors que de nombreux producteurs de tomates de serre avaient jeté l’éponge après avoir éprouvé des difficultés financières au fil des années, le dirigeant de Sagami a plutôt décidé de jouer le rôle de consolidateur.

En décembre 2017, à moins d’un an de la légalisation de la consommation du cannabis à des fins récréatives au Canada, M. Roy effectuait une sortie pour affirmer que son entreprise n’avait pas l’intention de se lancer dans la production de marijuana perçue comme un marché très lucratif par plusieurs.

Dans un communiqué, il avait souligné avoir pris cette décision «malgré les propositions de plusieurs partenaires potentiels» dans le but de «réduire de plus en plus la dépendance du Québec en fruits et légumes provenant de l’extérieur».

Stéphane Roy laisse dans le deuil sa mère, sa sœur, ses frères ainsi que la mère de son fils.

Son garçon Justin Roy-Séguin laisse dans le deuil de nombreux proches ainsi que ses amis de l’école secondaire d’Oka. 

La Presse canadienne