National

Chantiers routiers: la CSD-Construction veut des murets de béton et radars photo

Chantiers routiers: la CSD-Construction veut des murets de béton et radars photo
Photo: Pablo Ortiz/Métro

MONTRÉAL — Lasse de voir des ouvriers et des signaleurs blessés, voire tués aux abords des chantiers routiers, la CSD-Construction part en campagne pour y faire resserrer les mesures de sécurité. Elle veut des murets de béton et des radars photo.

En entrevue avec La Presse canadienne lundi, le président de la CSD-Construction, Carl Dufour, a rapporté le stress, voire l’angoisse que vivent bien de ses membres qui doivent travailler à une distance d’un pied d’un camion qui file à toute vitesse sur l’autoroute.

«Le stress qu’ils vivent, là, ce n’est pas juste de travailler et de faire leur journée. Ils vivent un stress quotidien. La personne texte-t-elle au volant? Va-t-elle dévier? Va-t-elle frapper le cône et rentrer sur le chantier? Ce sont des problèmes que les travailleurs ont dans la tête à la journée longue. C’est stressant pour eux. Si on pouvait leur enlever un petit peu de stress, ce serait bien», a plaidé le dirigeant syndical.

Murets et radars photo

La CSD-Construction, qui représente environ 25 000 travailleurs, veut notamment obtenir que soient installés des murets de béton sur tous les chantiers routiers qui doivent durer plus de 24 heures.

La CSD-Construction veut également que des «camions de sécurité» soient utilisés pour ralentir la circulation aux abords des chantiers routiers qui sont en activité, un peu comme les patrouilles de retenue lors des tempêtes de neige.

L’organisation syndicale demande également que des radars photo soient installés à proximité des chantiers, afin de convaincre les conducteurs de lever le pied de l’accélérateur.

Mais pour s’assurer de ne pas causer de frustration inutile chez les conducteurs, la CSD-Construction propose au ministère des Transports d’appliquer des mesures de sécurité différentes pour les chantiers en activité et pour les chantiers qui ne le sont pas.

«Les vacances sont terminées. L’école recommence. Alors il va y avoir beaucoup d’usagers sur les routes. C’est important de sensibiliser les automobilistes pour leur dire les dangers et protéger les travailleurs de l’industrie», a plaidé M. Dufour.

Statistiques

La Société de l’assurance-automobile du Québec a précisé que trois personnes qui travaillaient sont décédées en 2018 lors d’un accident impliquant un véhicule routier en mouvement, ayant eu lieu aux approches ou dans une zone de travaux, alors qu’entre 2014 et 2017, une seule personne a perdu la vie sur quatre années.

De même, pour ce qui est des blessés, 28 personnes qui travaillaient ou qui dirigeaient la circulation ont été blessées en 2018 lors d’un accident impliquant un véhicule routier en mouvement, ayant eu lieu aux approches ou dans une zone de travaux, alors qu’entre 2014 et 2017, la SAAQ notait en moyenne 14 victimes par année.

Lia Lévesque, La Presse canadienne