National

Bourses aux préposés aux bénéficiaires: pas la seule mesure, dit McCann

Bourses aux préposés aux bénéficiaires: pas la seule mesure, dit McCann
Photo: Archives MétroDanielle McCann

MONTRÉAL — Aux syndicats qui trouvent insuffisante comme mesure la bourse offerte aux préposés aux bénéficiaires, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, réplique qu’il ne s’agit pas du seul outil qu’elle propose pour améliorer la situation.

La semaine dernière, la ministre a annoncé que 2000 bourses de 7500 $ seraient versées à des candidats intéressés à devenir préposés aux bénéficiaires, dans l’espoir d’alléger la pénurie qui frappe le Québec. Ils doivent être parrainés par un établissement et s’engager à y travailler au moins deux ans.

Québec estime qu’il faudrait embaucher 30 000 préposés aux bénéficiaires d’ici cinq ans dans le réseau des CHSLD (Centres d’hébergement et de soins de longue durée). À l’heure actuelle, 5100 postes de préposés aux bénéficiaires sont vacants et cherchent preneur.

Depuis l’annonce de ces bourses, des syndicats ont dit juger la mesure insuffisante pour régler le problème de pénurie de préposés, puisque nombreux sont ceux qui quittent le métier, vu la charge de travail et les autres conditions de travail. Le Syndicat canadien de la fonction publique, affilié à la FTQ, a aussi déploré le fait que le ministère ne reconnaît pas la formation qu’il exige par un rangement salarial en conséquence pour les préposés.

Interrogée à ce sujet jeudi, alors qu’elle donnait une conférence de presse à Montréal sur l’aide aux groupes communautaires dans la santé, la ministre McCann a fait valoir que d’autres mesures étaient en voie d’être adoptées ou le seraient prochainement.

Elle cite par exemple le fait que les directions d’établissements veillent présentement à stabiliser les équipes et à créer davantage de postes permanents et réguliers — ce qui rend ces postes de préposés aux bénéficiaires plus intéressants.

De même, il y a un budget supplémentaire qui a été octroyé, cette année, pour le «coaching» des préposés aux bénéficiaires, a-t-elle ajouté. «C’est une demande qu’ils nous ont faite.»

«On donne aussi la possibilité, dans certains établissements, que des gens qui sont en formation pour devenir des préposés aux bénéficiaires travaillent comme aides de service. Ça, ça aide les établissements et ça aide une personne qui suit une formation», a-t-elle ajouté.

«C’est un ensemble de mesures pour améliorer les conditions de travail de nos préposés aux bénéficiaires», et pas seulement des bourses, a-t-elle insisté.

De même, la négociation du secteur public, dont le processus se mettra en branle cet automne, doit permettre d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble des employés de l’État.

Lia Lévesque, La Presse canadienne