National

Laïcité: la Commission scolaire de Montréal serait en voie d’appliquer la loi

Laïcité: la Commission scolaire de Montréal serait en voie d’appliquer la loi
Photo: Josie Desmarais/MétroLa Commission scolaire de Montréal (CSDM) présentera un rapport au conseil des commissaires, mercredi, concernant la mise en application de la Loi sur la laïcité de l'État.

QUÉBEC — La Commission scolaire de Montréal (CSDM) présentera un rapport au conseil des commissaires, mercredi, concernant la mise en application de la Loi sur la laïcité de l’État.

En juin, les commissaires avaient voté une résolution pour repousser d’un an l’application de cette loi adoptée sous bâillon par le gouvernement Legault. On disait avoir besoin de temps pour consulter les directeurs d’écoles, les conseils d’établissement, les parents, les syndicats et les associations.

Or, les offres d’emploi publiées depuis par la CSDM indiquent qu’un virage serait en train de s’opérer. «Les employés de la CSDM sont soumis à la Loi sur la laïcité de l’État. Cette loi prévoit, entre autres choses, l’interdiction pour les enseignants, les directions et directions adjointes d’établissement, embauchés après le 27 mars 2019, de porter un signe religieux et l’obligation pour l’ensemble du personnel de la CSDM d’exercer ses fonctions à visage découvert», peut-on lire.

Il s’agit là d’une bonne nouvelle pour le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. «Je suis très satisfait, a-t-il déclaré jeudi en mêlée de presse à l’Assemblée nationale. Je ne suis pas surpris, car j’ai rencontré Mme (Catherine) Harel Bourdon (présidente de la CSDM) en juin et on a clarifié nos attentes en tant que gouvernement. Je pense que ce sont les attentes de la nation québécoise. Tout le monde doit respecter et appliquer la loi.»

Les partis d’opposition se sont également montrés satisfaits. «C’est une bonne chose, toute loi doit être respectée», a affirmé Véronique Hivon, porte-parole en matière d’éducation au Parti québécois.

«On veut que la loi continue à s’appliquer, même si vous savez très bien que le Parti libéral du Québec n’a jamais été pour le projet de loi 21 sur la laïcité», a déclaré pour sa part la députée libérale Marwah Rizqy.

De son côté, le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a affirmé en point de presse qu’il fallait bien sûr respecter les lois du Québec, mais qu’il souhaitait «bonne chance» à la CSDM.

«C’est une loi qui est contradictoire, qui va être inapplicable, a-t-il dit. Je crois qu’on n’est pas sorti du bois quand va venir le temps d’appliquer cette loi-là.» 

La CSDM est la plus importante commission scolaire du Québec, comptant plus de 16 000 employés et desservant quelque 114 000 élèves. En juin, M. Roberge et son collègue, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, s’étaient montrés fermes, affirmant qu’aucun passe-droit ne serait toléré, et que la loi devait s’appliquer à Montréal comme ailleurs.

Caroline Plante, La Presse canadienne