National

Dorian devrait pousser le Canada atlantique à des changements, selon des experts

Dorian devrait pousser le Canada atlantique à des changements, selon des experts
Photo: THE CANADIAN PRESS/Andrew Vaughan

HALIFAX — Alors qu’on s’attend à ce que des tempêtes ayant la puissance d’un ouragan continuent de s’abattre sur le Canada atlantique, des experts croient que la région doit apporter des changements majeurs à son réseau électrique, aux défenses de ses côtes et même au type d’arbres qui sont plantés.

Les travaux se poursuivaient mercredi pour rebrancher les clients qui sont toujours sans courant depuis que la tempête Dorian a privé d’électricité 80 pour cent des abonnés de la Nouvelle-Écosse.

Les données scientifiques indiquent que 35 ouragans — excluant les tempêtes post-tropicales comme Dorian — ont touché terre dans la région depuis 1850, soit une fois aux cinq ans en moyenne.

Anthony Taylor, un spécialiste de l’écologie des forêts pour Ressources naturelles Canada, a récemment écrit dans un journal scientifique que les changements climatiques risquent d’accélérer la fréquence des ouragans dangereux.

Il affirme qu’il faudrait favoriser des forêts mixtes comprenant des feuillus pour réduire l’ampleur des dégâts causés par les tempêtes.

Erni Wiebe, ancien directeur de la distribution chez Manitoba Hydro, est d’avis que les tempêtes devraient inciter les entreprises de services publics de l’Atlantique à réévaluer leur position selon laquelle il est trop dispendieux d’enfouir les lignes électriques et à envisager d’autres solutions à long terme.

Blair Feltmate, qui dirige le Centre sur les changements climatiques Intact de l’Université de Waterloo, croit que le Canada atlantique devrait aussi élaborer des normes de protection de ses côtes pour se préparer à la hausse du niveau des mers et à la multiplication des tempêtes.

Il estime que cela impliquerait la réparation plus rapide des digues et autres ouvrages de protection contre la montée des eaux, et davantage de végétation le long des côtes.

M. Feltmate suggère aussi de lancer un important programme d’émondage pour minimiser les pannes de courant qui, croit-il, «continueront autrement de nuire aux Maritimes».

La Presse canadienne