National
12:07 16 septembre 2019 | mise à jour le: 20 septembre 2019 à 00:04

La CAQ n’a fait aucun gain contre Ottawa, selon le PQ

La CAQ n’a fait aucun gain contre Ottawa, selon le PQ
Photo: Jacques Boissinot/La Presse canadienneFrancois Legault, premier ministre du Québec

QUÉBEC — Le gouvernement caquiste n’est nationaliste que de nom: il n’a fait aucun gain dans ses revendications adressées au fédéral, selon le Parti québécois (PQ).

Le premier ministre François Legault doit présenter mardi ses demandes aux partis fédéraux en campagne électorale, mais lundi, le PQ a inventorié la liste des demandes traditionnelles de la Coalition avenir Québec (CAQ) et n’a relevé aucune avancée depuis l’élection d’octobre 2018.

Sur 18 exigences clairement formulées par la CAQ depuis 2015, deux ont été refusées par Ottawa tandis que les autres sont passées sous silence, a déploré le chef intérimaire péquiste, Pascal Bérubé, lundi, en conférence de presse à l’Assemblée nationale.

«Aujourd’hui, il revient à la CAQ de dire si ce plan tient toujours», a réclamé la députée péquiste Véronique Hivon, au côté de M. Bérubé.

«Les revendications face à Ottawa, c’est un test» pour le «nationalisme autoproclamé» de M. Legault dans le contexte de la campagne électorale, a renchéri le chef intérimaire péquiste.

Ainsi, Ottawa a déjà dit non au rapport d’impôt unique géré par le Québec demandé par le gouvernement Legault. Le gouvernement Trudeau a également refusé la prépondérance du Québec en matière de langue, d’immigration et de culture.

Le parti de M. Legault est resté silencieux sur les 16 autres exigences de sa liste: droit de veto du Québec sur les modifications constitutionnelles; encadrement du pouvoir fédéral de dépenser; abolition ou réforme du Sénat; abolition de la fonction de lieutenant-gouverneur; reconnaissance constitutionnelle du Québec en tant que nation; transfert aux provinces de points d’impôt de l’assiette fiscale fédérale; élimination du déséquilibre des investissements fédéraux en recherche et développement; transfert en bloc des fonds pour les infrastructures, etc.

Selon le chef péquiste, le premier ministre François Legault n’est pas nationaliste, mais désormais fédéraliste sans oser l’avouer.

«Il a fait le choix du Québec à l’intérieur du Canada, il a déjà dit « pour toujours », il a fait ce choix, je voudrais juste qu’il l’assume, a déclaré M. Bérubé. La CAQ accepte le même régime fédéral que le Parti libéral (PLQ). Elle pourrait dire qu’on n’a pas les moyens et les lois qu’on voudrait avoir, et la voie la plus responsable est l’indépendance.»

Patrice Bergeron, La Presse canadienne

Articles similaires