National

Climat: les mandats de grève étudiante se multiplient en vue du 27 septembre

Climat: les mandats de grève étudiante se multiplient en vue du 27 septembre
Photo: Archives/Thomas SAMSON / AFPPlusieurs manifestations pour le climat ont eu lieu le 27 septembre au Québec.

À exactement une semaine de la journée mondiale de mobilisation pour le climat, les organisateurs de la branche québécoise de ce mouvement affirment qu’au moins 100 000 étudiants seront en grève le 27 septembre à travers les cégeps et universités de la province.

Le collectif La planète s’invite à l’université a dressé la liste des associations étudiantes s’étant déjà dotées d’un mandat de grève dans le cadre de cet appel à un débrayage planétaire.

En date de vendredi, ces associations étudiantes représentaient un total de 106 250 membres, indique-t-on.

Ces membres fréquentent notamment des établissements d’enseignement à Montréal, à Sherbrooke, à Québec et à Saguenay. Des cégeps de la Montérégie, du Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie font également partie du lot.

À ces étudiants en grève s’ajouteront, entre autres, les élèves de la Commission scolaire de Montréal, qui a décrété que le 27 septembre serait une journée pédagogique. Les 114 000 élèves qui fréquentent les écoles de la CSDM seront donc libres de participer à la grande marche prévue dans les rues de la métropole.

Une des instigatrices de cette mobilisation mondiale, la jeune militante suédoise Greta Thunberg, a annoncé qu’elle marchera à leurs côtés.

Et au Québec, on ne manifestera pas qu’à Montréal. Des rassemblements sont également prévus dans plus d’une trentaine de municipalités, de Rouyn-Noranda à Gaspé, en passant par la communauté innue de Ekuanitshit, sur la Côte-Nord.

Les collectifs environnementaux étudiants dénoncent des projets qu’ils désignent comme incompatibles avec la lutte aux changements climatiques, tels qu’un troisième lien entre Québec et Lévis ou encore la construction d’un gazoduc de l’Ontario jusqu’au Saguenay.

Ils réclament l’adoption d’une loi climatique qui forcerait l’atteinte des cibles recommandées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. Le monde s’est déjà réchauffé d’environ 1 degré Celsius.

L’appel à la «grève mondiale» a été lancé à l’ensemble des citoyens. Plusieurs syndicats d’enseignants au niveau collégial ont déjà répondu présents, mais un recensement exhaustif des travailleurs ayant voté en faveur de la grève n’était pas encore disponible vendredi.

La Presse canadienne