National

Le NPD et les verts tournent leur regard vers les collectivités autochtones

Le NPD et les verts tournent leur regard vers les collectivités autochtones
Photo: Archives/Josie Desmarais/MétroLa cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May

Le Nouveau parti démocratique (NPD) et le Parti vert ont courtisé samedi les Autochtones au cours de la 25e journée de la campagne électorale.

De passage dans l’île de Vancouver où elle espère réaliser une nouvelle percée, la cheffe des verts, Elizabeth May, a promis l’établissement d’un cadre permettant aux collectivités autochtones de se soustraire à l’application de la Loi sur les Indiens.

Abroger cette loi jugée «raciste et oppressive» nécessitera un «exercice complexe», a-t-elle reconnu.

Dans son programme, le parti écrit que «la Loi sur les Indiens impose des critères fondés sur la race pour déterminer qui est un Indien et qui ne l’est pas et enfreint le droit des membres des Premières Nations à se définir eux-mêmes».

Mme May s’est aussi engagée à présenter de nouveau des projets de loi visant «aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation et de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées».

De son côté, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a dit vouloir garantir aux collectivités autochtones l’accès à une eau potable.

M. Singh a dit que le directeur parlementaire du budget a déjà estimé qu’il faudrait investir au moins 1,8 G$ pour répondre aux besoins réels et futurs d’alimentation en eau potable.

Le chef néo-démocrate menait campagne à Grassy Narrows, un territoire autochtone du nord de l’Ontario, qui est aux prises avec un problème de contamination de l’eau au mercure depuis des décennies.

Il a déclaré qu’un gouvernement néo-démocrate dépenserait immédiatement 19 M$ pour financer un centre anti-poison à Grassy Narrows.

Comme la CAQ

De passage en Abitibi-Témiscamingue, M. Blanchet a présenté une série de mesures que son parti compte promouvoir auprès du gouvernement fédéral pour pallier la pénurie de main-d’œuvre en région.

Le Bloc dit reprendre deux demandes du gouvernement de François Legault: le transfert du programme de travailleurs étrangers temporaires aux provinces, de même que la possibilité pour le Québec d’imposer des conditions à l’octroi de la résidence permanente, comme la réussite d’un test de français.

Afin de contrer la rareté de main-d’oeuvre dans les régions du Québec, le Bloc mise également sur plusieurs crédits d’impôt, que ce soit pour les jeunes diplômés qui s’installent en région ou pour les employeurs qui souhaitent former des travailleurs autochtones ou plus âgés.

Il veut également favoriser un virage vers l’automatisation et «entreprendre une réflexion» sur une fiscalité ajustée et un taux d’imposition réduit pour les heures supplémentaires effectuées par des employés réguliers des entreprises.

Scheer en Ontario

Le chef conservateur Andrew Scheer a cherché à mettre un peu de baume sur ses plaies après une semaine difficile en participant à l’inauguration de ce qui a été décrit comme le plus grand temple bouddhiste à l’extérieur de la Chine, à Peterborough, en Ontario.

Il été chaleureusement accueilli par des centaines de fidèles. Le grand temple en bois du jardin bouddhiste de Wutai Shan, avec son toit doré, surplombe la région rurale vallonnée à l’extérieur de cette municipalité ontarienne.

Le président du temple, Dayi Shi, a traduit le nom de famille de M. Scheer en chinois, associant son patronyme avec un «esprit calme» et la «sagesse».

M. Scheer a profité de son passage dans ce lieu pour promettre de défendre la liberté de religion ici comme à l’étranger, de protéger la liberté de conscience, de pensée et de croyance.

À l’instar des samedis précédents, le chef libéral Justin Trudeau s’est accordé une pause. Maxime Bernier, du Parti populaire, poursuivait sa préparation en vue des débats des chefs qui se dérouleront lundi et jeudi.

La Presse canadienne