National
07:53 8 octobre 2019

Un Manitobain parmi les trois lauréats du prix Nobel de physique

Un Manitobain parmi les trois lauréats du prix Nobel de physique
Photo: Juan Diego Soler/Wikimedia CommonsJim Peebles

James Peebles, le scientifique canadien qui a remporté le prix Nobel de physique mardi, passera la journée sous les projecteurs des médias, mais il espère que la soirée se terminera comme les autres, par «un souper tranquille» avec sa femme.

Né dans le quartier Saint-Boniface à Winnipeg, M. Peebles est professeur de physique à l’Université Princeton, dans le New Jersey. En entrevue avec La Presse canadienne, mardi, il a affirmé qu’il se préparait à faire face à «l’aura du prix Nobel».

«Je suis habitué à une vie tranquille, comprenez-vous. Tout à coup, ce n’est pas calme», a déclaré l’homme de 84 ans.

«Le personnel, les étudiants et la faculté se réuniront bientôt pour me porter un toast. Et cet après-midi, il y aura une conférence de presse et une fête (…) J’espère ensuite rentrer chez moi et souper tranquillement avec ma femme.»

Connu pour sa modestie et sa concentration sur son travail, M. Peebles a noté qu’il était à la retraite depuis 20 ans, mais qu’il continuait à faire de la recherche et à enseigner à un rythme «détendu» parce qu’il y prend plaisir.

«La vie continuera, a-t-il dit. J’étais sur le point de dire « inchangée ». Je suppose que l’aura du prix Nobel est telle que ma vie va changer, mais je ne pense pas que je vais la laisser changer beaucoup.»

Le comité Nobel a expliqué qu’il avait honoré M. Peebles parce que ses travaux sont à la base de nos idées contemporaines sur l’Univers, du Big Bang à nos jours.

«Le champ a explosé, a expliqué M. Peebles. C’est simplement une extension remarquable d’une science naturelle bien testée. Une extension remarquable, donc elle devrait être reconnue. Et j’y travaille depuis plus longtemps que quiconque.»

Il a affirmé lors d’une conférence de presse que si les récompenses et les prix sont «très appréciés», ce n’est pas pour cette raison que les jeunes devraient étudier les sciences.

«Vous devriez y aller pour l’amour de la science, a-t-il dit. Vous devriez étudier la science parce que cela vous fascine. C’est ce que j’ai fait.»

Un héros méconnu

Neil Turok, qui a travaillé avec M. Peebles à Princeton et est actuellement directeur du Centre pour l’Universe de l’Institut Perimeter à Waterloo, en Ontario, a décrit son ancien collègue comme un héros méconnu du domaine, célèbre dans le monde de la cosmologie mais rarement reconnu en dehors de celui-ci.

«Normalement, je voudrais féliciter quelqu’un d’avoir remporté le prix Nobel — et bien sûr, je le fais dans ce cas-ci —, mais aujourd’hui, j’aimerais davantage féliciter le prix Nobel, a déclaré M. Turok. Jim est l’une des personnes les plus modestes du secteur. Ses contributions sont souvent négligées. Les experts savent qu’on ne pourrait pas se passer de lui.»

M. Turok a précisé que M. Peebles avait créé la cosmologie physique, en décrivant la composition chimique de l’Univers à ses débuts et en expliquant plus tard la manière dont les galaxies se forment.

M. Peebles a fait ses études de premier cycle à l’Université du Manitoba avant de s’installer à Princeton pour ses études supérieures.

Il a reçu des doctorats honorifiques de plusieurs universités canadiennes, notamment de l’Université de Toronto, de l’Université McMaster et, plus récemment, de l’Université de la Colombie-Britannique. Il est également membre de la Société royale du Canada et de l’Ordre du Manitoba.

M. Peebles, qui a la double nationalité canadienne et américaine, est l’auteur ou le coauteur de cinq livres, notamment «Physical Cosmology» et «Finding the Big Bang». Il a annoncé la publication l’année prochaine d’un sixième livre qui retracera l’histoire de la cosmologie, d’Albert Einstein à nos jours.

M. Peebles partage le prix Nobel avec les scientifiques suisses Michel Mayor et Didier Queloz «pour la découverte d’une exoplanète en orbite autour d’une étoile de type solaire».

MM. Mayor et Queloz ont annoncé leur découverte de la planète, connue sous le nom de «51 Pegasi B», il y a 24 ans.

Les trois hommes se partageront une récompense en argent de 9 millions de couronnes suédoises (1,2 million $ CAN), une médaille d’or et un diplôme. Les lauréats les recevront lors d’une cérémonie à Stockholm le 10 décembre.

M. Peebles est le deuxième Canadien consécutif à remporter le prix de physique. Donna Strickland, de l’Université de Waterloo, a été honorée en 2018 pour sa «méthode de génération d’impulsions optiques ultra-courtes et de haute intensité».

Nicole Thompson, La Presse canadienne