National

Le chef du Bloc québécois a été élu

Le chef du Bloc québécois a été élu
Photo: Graham Hughes/La Presse canadienneDes militants du Bloc québécois célèbrent l'élection de leur chef.

MONTRÉAL — Le chef du Bloc québécois (BQ), Yves-François Blanchet, a été élu dans sa circonscription de Beloeil — Chambly, ce qui lui permettra de mener ses troupes à Ottawa directement de son siège de la Chambre des communes.

Un peu après 23 h 00, 25 députés bloquistes avaient aussi été élus, et la formation politique était en avance dans 9 autres circonscriptions.

Avec 25 députés, le Bloc va retrouver son statut de parti officiel aux Communes, ainsi que son budget parlementaire. Seulement 12 députés étaient nécessaires pour bénéficier de ces précieux avantages.

Le BQ a déjà dépassé de cinq le nombre de députés qu’il avait réussi à faire élire au dernier scrutin de 2015.

Alexis Brunelle-Duceppe, le fils de l’ancien chef du BQ, l’a emporté dans la circonscription de Lac-Saint-Jean.

Dans la circonscription de Rivière-du-Nord, le député sortant, le bloquiste Rhéal Fortin a conservé son siège, défaisant la candidate conservatrice et médaillée olympique Sylvie Fréchette.

La ministre libérale Diane Lebouthillier, considérée comme battue a effacé son retard et même repris l’avance dans la circonscription Gaspésie-Les-Îles-de-la-Madeleine sur le candidat bloquiste Guy Bernatchez.

Marilène Gill a gagné son siège de Manicouagan, tout comme Christine Normandin dans la circonscription de Saint-Jean et Claude Bellefeuille dans Salaberry — Suroît.

Les bloquistes réunis au Théâtre National à Montréal ne cessent d’applaudir et de crier devant les résultats prometteurs qui apparaissent sur les grands écrans.

«Le Québec c’est nous!», scandent-ils, an agitant des pancartes de couleur bleues bloquiste.

Au moment de la dissolution du Parlement, la formation indépendantiste comptait 10 députés à Ottawa.

Le Bloc était alors loin de ses années fastes, lorsqu’il avait une cinquantaine de représentants dans la capitale. Il avait connu sa pire récolte à l’élection de 2011, lorsqu’il n’avait obtenu que quatre sièges et perdu son statut de parti officiel.

Mais sous la gouverne du chef Yves-François Blanchet, en poste depuis seulement janvier, le parti a repris son erre d’aller.

Et sa bonne performance lors des trois débats l’a porté pour la seconde moitié de la campagne.

Le chef va écouter le dévoilement des résultats en privé dans un hôtel de la métropole avec sa conjointe et son chef de cabinet. Il viendra rejoindre certains de ses candidats plus tard en soirée au Théâtre national.

Stéphanie Marin, La Presse canadienne

Note aux lecteurs: Dans une version précédente, la Presse canadienne avait déclaré Mme Lebouthillier comme battue