National

Souveraineté: Gabriel Nadeau-Dubois «conscient» qu’il donne des munitions au PLQ

Souveraineté: Gabriel Nadeau-Dubois «conscient» qu’il donne des munitions au PLQ
Photo: Jacques Boissinot/La Presse CanadienneGabriel Nadeau-Dubois

QUÉBEC — L’approche d’accession à la souveraineté désormais défendue par Québec solidaire (QS) pourrait avantager le Parti libéral du Québec (PLQ), reconnaît Gabriel Nadeau-Dubois.

Le co-porte-parole de QS a fait cet aveu, mardi, en mêlée de presse à l’Assemblée nationale. Il a reconnu que le plan de QS de poser rapidement des «gestes de rupture» avec le Canada pouvait donner plusieurs munitions aux libéraux.

Lors de son congrès le week-end dernier à Longueuil, QS a adopté une série de propositions qui précisent sa démarche visant la souveraineté, s’accolant ainsi l’étiquette de parti indépendantiste «pressé».

Les délégués ont voté pour qu’une fois arrivé au pouvoir, QS pose immédiatement des «gestes de rupture» avec le Canada, comme par exemple refuser au gouvernement fédéral le droit de collecter les taxes et impôts qui sont sous sa responsabilité.

Un gouvernement solidaire appellerait ensuite une assemblée constituante populaire qui rédigerait une nouvelle Constitution québécoise. Celle-ci serait soumise à un référendum dans un premier mandat.

Les délégués ont également voté pour que QS dote le Québec d’une armée, qui défendrait le territoire en cas d’agression et serait appelée en renfort lors de désastres naturels.

Mardi, M. Nadeau-Dubois a dit être «conscient» qu’il risquait ainsi de fournir aux libéraux des arguments aux prochaines élections. «On est conscient de ça», a-t-il dit, marquant une certaine hésitation. 

«(Mais) je pense que les arguments de peur sont en train de perdre de l’efficacité au Québec. Je pense que les Québécois sont prêts pour essayer autre chose. (…) Si les gens ne veulent pas ça, ils ne sont pas obligés de voter pour nous», a-t-il ajouté.

La députée libérale de Verdun, Isabelle Melançon, a saisi la balle au bond et invité les fédéralistes de gauche à militer au sein du PLQ.

«J’espère que les gens vont voir clairement, maintenant, c’est quoi la définition de Québec solidaire, et bien entendu, les fédéralistes ont un véhicule, et c’est le Parti libéral du Québec», a-t-elle indiqué en mêlée de presse.

Du côté du Parti québécois (PQ), le chef intérimaire Pascal Bérubé a déploré, mardi, les récentes déclarations de M. Nadeau-Dubois, où celui-ci critiquait les péquistes.

«Il cible les comtés du Parti québécois, il cible l’électorat du Parti québécois. Je note que la croissance politique de Québec solidaire passe par un dénigrement du Parti québécois, ça ne m’apparaît pas la chose à faire», a-t-il déclaré. 

Tous les yeux sont rivés sur l’élection partielle dans Jean-Talon. Le 2 décembre prochain, les électeurs de cette circonscription de Québec devront choisir celui ou celle qui succédera au libéral Sébastien Proulx, qui a tiré sa révérence en août dernier.

Caroline Plante, La Presse canadienne