National
14:03 23 janvier 2020 | mise à jour le: 27 janvier 2020 à 00:01

Motoneigistes disparus: la SQ reprendra les recherches tôt vendredi

Motoneigistes disparus: la SQ reprendra les recherches tôt vendredi
Photo: Le Quotidien, Rocket Lavoie/La Presse Canadienne

Les recherches pour les cinq motoneigistes français portés disparus au Lac-Saint-Jean reprendront tôt vendredi, au lendemain de la découverte de quatre autres motoneiges et du dévoilement de l’identité des gens manquant à l’appel.

Tard jeudi, une porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), la sergente Béatrice Dorsainville, a confirmé la reprise des recherches à l’aube pour tenter de retrouver les disparus dans la région de Saint-Henri-de-Taillon avec les mêmes effectifs. Elle a indiqué que des «articles» avaient été retrouvés à proximité des motoneiges, sans pouvoir donner plus de détails avant l’inventaire et le tri de ces éléments.

La SQ a indiqué que les cinq motoneigistes français portés disparus depuis mardi soir sont Gilles Claude, 58 ans, Yan Thierry, 24 ans, Jean-René Dumoulin, 24 ans, Julien Benoît, 34 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans.

Deux fils de Gilles Claude, Fabien et Florent, sont des athlètes de haut niveau. Ils ont tous deux pris le départ du 20 km à la Coupe du monde de biathlon qui se déroulait à Pokljuka, en Slovénie, jeudi. Fabien Claude y a obtenu son premier podium en carrière, finissant en troisième position. 

Le jeune homme a dédié sa course à son père, publiant sur les réseaux sociaux le message suivant à l’issue de sa performance: «Je suis content de lui rendre hommage de cette façon, ce podium c’est pour lui». Son frère Florent a terminé au 47e rang.

La SQ a annoncé jeudi en fin d’après-midi qu’elle avait retrouvé quatre autres motoneiges. Un dernier véhicule manque toujours à l’appel, a ajouté le corps policier.

Les quatre motoneiges ont été découvertes sous l’eau à l’embouchure de la rivière de la Grande Décharge, dans le même secteur où deux véhicules avaient été retrouvés mercredi.

Il n’est pas question de sortir les motoneiges de l’eau pour l’instant puisque la SQ préfère concentrer ses efforts en vue de retrouver les cinq personnes manquant à l’appel.

«On déploie tous nos efforts pour retrouver les motoneigistes qui sont manquants. On continue nos recherches actives sur le terrain», a dit Mme Dorsainville.

Une trentaine de policiers sont sur place, notamment des équipes de plongeurs, des motoneigistes, des sauveteurs — dont certains spécialisés en sauvetage sur glace — un pilote de drone, des enquêteurs et des patrouilleurs sont mobilisés dans le secteur de l’île Beemer pour poursuivre les recherches.

Les spécialistes de la Sûreté du Québec utilisent des propulseurs sous-marins qui optimisent le temps de recherche sous l’eau et la superficie couverte. Un sonar latéral qui fournit des images de fond et permet de distinguer des formes s’apparentant à des objets ou des personnes fait aussi partie des outils technologiques utilisés, précise-t-on.

Des hélicoptères sont aussi utilisés par des agents de la SQ et par les Forces canadiennes pour survoler le secteur.

Les cinq touristes français manquent à l’appel depuis qu’un groupe de neuf motoneigistes — incluant un guide — qui circulait dans le secteur de La Grande Décharge a sombré lorsque la glace a cédé sous leurs véhicules, mardi soir.

Deux des motoneigistes ont réussi à en sortir un troisième de l’eau, et ils se sont alors dirigés vers un commerce à proximité où ils ont alerté les autorités.

Le corps du guide québécois a été repêché des eaux glaciales et a été identifié comme étant Benoît L’Espérance, un Montréalais âgé de 42 ans.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse canadienne

Articles similaires