National
17:37 14 mai 2020 | mise à jour le: 18 mai 2020 à 00:01

Le ministre Eric Girard déposera un énoncé budgétaire autour du 24 juin

Le ministre Eric Girard déposera un énoncé budgétaire autour du 24 juin
Photo: Philippe Ruel/MétroLe ministre des Finances, Éric Girard

QUÉBEC — Déposé il y a à peine deux mois, le budget 2020-2021 du Québec n’est déjà plus une feuille de route fiable pour le gouvernement.

Le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé jeudi qu’il déposera en juin un «énoncé complémentaire», destiné à faire le point sur l’état des finances publiques du Québec, en tenant compte de l’impact majeur causé par la pandémie de COVID-19.

Le 10 mars, quand le ministre Girard a déposé son budget, deux jours avant le début des mesures de confinement, le Québec avait des milliards de surplus dans ses coffres. Le ministre prédisait alors une croissance économique de 2 % pour l’année en cours.

Aujourd’hui, la croissance n’est plus qu’un mirage et M. Girard croit que le déficit du Québec pourrait atteindre cette année entre 12 et 15 milliards $. Le retour à l’équilibre budgétaire n’est pas prévu avant cinq ans.

Dans le temps de le dire, le virus a grugé les finances publiques et l’heure est venue de faire le point, a indiqué le ministre Girard, en conférence de presse jeudi.

Son «énoncé complémentaire» sera présenté autour de la Fête nationale, soit vers le 24 juin, près de «la Saint-Jean-Baptiste», a-t-il dit.

On saura alors à quel point la lutte à la pandémie a fragilisé le trésor public québécois.

«On va donner l’heure juste à la population sur les coûts supplémentaires en santé, les coûts supplémentaires de nos mesures», a-t-il commenté.

La croissance prévue de 2 % de l’économie étant devenue caduque, M. Girard annoncera une nouvelle prévision économique.

Il promet aussi de faire le point sur la baisse des revenus anticipés pour l’année en cours et de donner le détail de la hausse des dépenses encourues en vue de diminuer l’impact de la pandémie et relancer l’économie.

L’énoncé de juin sera suivi, comme c’est la coutume, d’une mise à jour économique à l’automne, habituellement en novembre.

Le budget 2021-2022 devrait être déposé en mars, suivant la tradition.

«L’avantage d’avoir déposé le budget (le 10 mars), c’est que les crédits existants sont déjà en place pour les ministères», a justifié le ministre.

C’est le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui a vendu la mèche, jeudi, lors d’une conférence de presse qui portait sur un autre dossier, soit l’annonce d’une bonification du Programme québécois d’infrastructures (PQI).

À un moment donné, M. Dubé a lancé que le gouvernement était «en train de faire un deuxième budget, un deuxième crédit et un deuxième PQI, alors qu’on a déposé ça il y a quelques mois».  

Le ministre Girard a alors saisi la balle au bond et a dévoilé ses projets.

Jocelyne Richer, La Presse canadienne

Articles similaires