National
13:30 20 mai 2020 | mise à jour le: 24 mai 2020 à 00:01

Québec donne le feu vert aux rassemblements extérieurs de 10 personnes

Québec donne le feu vert aux rassemblements extérieurs de 10 personnes
Photo: Capture d'écranGeneviève Guilbault

QUÉBEC — Une nouvelle étape du déconfinement du Québec vient d’être franchie, avec l’autorisation donnée de faire des rassemblements extérieurs pouvant réunir jusqu’à un maximum de 10 personnes.

Mais il est important de dire d’emblée qu’il s’agit d’une ouverture partielle et conditionnelle. 

Le feu vert a été donné mercredi par la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, en conférence de presse. Mme Guilbault remplaçait le premier ministre François Legault, qui se rendra à Montréal, pour une deuxième fois depuis le début de la crise sanitaire, jeudi.

Les rassemblements extérieurs seront donc tolérés à compter de vendredi, partout au Québec, mais à une condition: les personnes en cause doivent provenir d’un maximum de trois ménages différents (ou trois familles), pas davantage.

Avec le retour du beau temps, les Québécois pourront donc, après deux mois de confinement, enfin songer à recevoir parents et amis dans leur cour arrière pour partager un barbecue ou siroter un apéro.

Ils devront cependant, «autant que possible», a insisté Mme Guilbault, respecter les consignes sanitaires et maintenir la distance de deux mètres entre chacun d’eux.

Ils devront aussi éviter d’entrer à l’intérieur de la maison, sauf en cas de besoin, pour aller à la salle de bains par exemple.

Le rassemblement de 10 personnes ou moins sera aussi permis dans les parcs. 

Il n’y a pas de limite d’âge à la nouvelle mesure.

Cette ouverture aux rassemblements demeure cependant un test, a précisé la vice-première ministre, en ce sens que l’impact de cet assouplissement sera surveillé de près. Et si la courbe de contamination repart vers le haut, Québec devra «faire marche arrière» et renouer avec les mesures de confinement.

«On ouvre un peu le robinet», a illustré le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda. 

Mais «c’est pas le temps de faire des partys de 30 personnes dans la cour, autour de la piscine», s’est-il empressé d’ajouter.

La ministre de la Sécurité publique s’est montrée évasive quand elle a été questionnée sur le rôle joué par la police pour appliquer la consigne des rassemblements de 10 personnes.

«Les policiers ne commenceront pas à investiguer les terrains privés, à rentrer dans les maisons et à cogner aux portes pour prendre les gens en flagrant délit», a assuré la ministre Guilbault, qui préfère se fier à la «bonne foi» des Québécois.

Elle n’a pas mentionné de sanctions prévues pour les contrevenants.

Pour l’instant, les rassemblements familiaux et autres soupers entre amis à l’intérieur de la maison demeurent proscrits, pour diminuer le risque de rapprochements et de propagation du virus.

Par ailleurs, dans le même but, malgré la levée des barrages routiers, le gouvernement demande aux gens, dans la mesure du possible, d’éviter les déplacements interrégionaux.

Le Québec a enregistré 71 nouveaux décès attribuables à la COVID-19, de mardi à mercredi, pour un total de 3718 depuis le début de la crise sanitaire.

Soins personnels

Mme Guilbault a de plus indiqué que le gouvernement avait choisi de rouvrir progressivement le domaine des soins corporels, des soins esthétiques et des soins de santé privés dans la province.

Ainsi, les soins de santé privés, comme les dentistes, pourront être à nouveau offerts partout au Québec à compter du 1er juin.

Pour ce qui est des soins corporels et esthétiques, ils pourront être donnés à compter du 1er juin partout sauf dans la communauté urbaine de Montréal et la MRC de Joliette.

La date de réouverture reste à déterminer pour ces deux régions, a précisé la ministre.

Jocelyne Richer, La Presse canadienne

Articles similaires