National
17:21 14 février 2021 | mise à jour le: 14 février 2021 à 17:29 Temps de lecture: 3 minutes

Réunification familiale: délais plus courts demandés

Réunification familiale: délais plus courts demandés
Photo: GracieusetéUne vingtaine de personnes ont manifesté contre la lenteur du processus de parrainage de conjoint ou d'entant, samedi.

Dénonçant des lenteurs perçues au sein du programme de parrainage d’époux et d’enfants du gouvernement canadien, une vingtaine de personnes ont manifesté à Montréal, samedi. L’organisme Spousal Sponsorship Advocates (SSA) en était à une troisième démonstration à Montréal depuis juin. Le groupe veut notamment pousser Ottawa à faire un usage plus étendu des méthodes virtuelles et informatiques pour accélérer le traitement des dossiers de réunification familiale.

«On veut que le gouvernement du Canada traite les dossiers de façon plus rapide. Il faudrait des mesures modernes pour le programme. Il faudrait pouvoir envoyer les documents de façon digitale. On demande que les personnes en attente pour une entrevue puissent la faire virtuellement», indique la modératrice principale de SSA, Bilanka Pia Kinaszczuk.

Les manifestants sont partis en voiture de l’angle du boulevard René-Lévesque Est et de la rue Dorion. Après un détour au centre-ville, ils ont terminé leur parcours devant le bureau de la député fédérale d’Hochelaga, Soraya Martinez Ferrada.

Délais

Selon le site web d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), une demande de parrainage pour un conjoint ou un enfant prend environ 12 mois. Toutefois, le ministère avertit qu’en raison de la pandémie, il se trouve dans l’impossibilité de traiter les demandes normalement ou de fournir des délais de traitement exacts.

Le gouvernement dit accorder la priorité aux demandes présentées par des Canadiens qui essaient de revenir au pays. Les personnes vulnérables ainsi que celles qui fournissent ou appuient des services essentiels sont aussi priorisées. De son côté, l’organisme SSA juge le programme de parrainage très compliqué.

«Le processus devrait prendre 12 mois. Mais, malheureusement, on a des membres pour qui ça prend entre 24 et 36 mois. L’IRCC dit que c’est à cause de la COVID-19, mais ce n’est pas la réalité. Les délais étaient là bien avant la venue de la pandémie», – Bilanka Pia Kinaszczuk

Discrimination

L’organisme qui compte plus de 5000 membres trouve le programme de parrainage permettant la réunification familiale «archaïque et discriminatoire».

«Il y a histoire après histoire de refus sans motif, ou avec peu ou pas de raison solide. Cela comprend des refus multiples de visas, malgré des grossesses, des naissances, des maladies potentiellement mortelles ou des cancers agressifs», avance Mme Kinaszczuk.

Cette dernière accuse les responsables du programme de parrainage de faire du profilage racial à l’endroit de certains couples. Le but serait selon elle de protéger les Canadiens contre de «faux» mariages.

«Ils rejettent ces conjoints étrangers, qui sont véritablement mariés, et ont des enfants au Canada, catégoriquement et systématiquement. Le taux de refus pour ces gens est de 95%. Malgré la rhétorique actuelle et les fausses déclarations selon lesquelles les choses s’améliorent et que le Canada est accueillant et ouvert pour les immigrants, il est extrêmement abusif et destructeur pour les jeunes mariés et les jeunes familles», ajoute Mme Kinaszczuk.

Les délais de traitement varieraient en fonction du type de demande, du volume de demandes reçues. La facilité avec laquelle l’information peut être vérifiée est également un facteur à considérer. L’exactitude et la rapidité de réponse d’une personne faisant application ainsi que l’exhaustivité de la demande entrent aussi en compte.

Le SSA n’est pas le seul organisme à militer pour la réunification familiale au Canada. Plusieurs manifestations ont notamment eu lieu en août, dans plusieurs villes canadiennes.

Articles similaires