National

Il manque 100 millions $ à la cagnotte fédérale, estime Mario Dumont

Par Martin Ouellet, LA PRESSE CANADIENNE

QUEBEC – Par souci de justice envers le Québec, le premier ministre Stephen Harper doit allonger 100 millions $ de plus dans son plan d’aide destiné aux secteurs forestier et manufacturier, a soutenu vendredi Mario Dumont.

Comme l’ensemble de la classe politique québécoise, le chef de l’opposition officielle juge nettement insuffisantes les sommes consenties par le gouvernement fédéral pour aplanir les effets de la crise qui secoue ces deux secteurs de l’économie.

Au lendemain de la présentation du plan d’aide fédéral, M. Dumont croît encore possible que le premier ministre du Canada revienne sur sa position et bonifie son offre, évaluée à 215 millions $ pour le Québec.

« Il manque 100 millions $ pour le Québec, purement et simplement », a dit M. Dumont, lors d’un bref entretien avec La Presse Canadienne.

En milieu de semaine, le leader adéquiste avait estimé que le Québec devait obtenir au moins le tiers de l’enveloppe réservée par Ottawa. Il s’agit d’une part nettement supérieure au poids démographique de la province mais conforme, disait-il, à la proportion des emplois forestiers que compte le Québec.

Or, le plan fédéral est loin du compte puisque la part de la cagnotte accordée au Québec est de 21,5 pour cent.

Par ailleurs, la décision du premier ministre conservateur de lier l’aide financière à l’adoption du budget fédéral que doit déposer le ministre des Finances Jim Flaherty à la fin février ou au début mars n’offusque pas le chef de l’ADQ.

« Ce n’est pas l’idéal, mais nous, ce qui nous intéresse comme parti au Québec, c’est d’aller chercher notre part du gâteau, ce n’est pas le débat politique », a dit M. Dumont.

De toute manière, a-t-il poursuivi, les secteurs forestier et manufacturier sont si mal en point que le gouvernement fédéral devra d’une façon ou d’une autre délier rapidement les cordons de la bourse.

« Les besoins sont tellement grands, c’est inévitable qu’il faudra des mesures, similaires à celles annoncées hier (jeudi) ou plus généreuses encore », a-t-il dit.

En prévision du dépôt du budget fédéral, M. Dumont a déjà fait connaître sa longue liste de demandes.

Outre l’aide à l’industrie forestière, l’Action démocratique exige des fonds fédéraux supplémentaires pour les infrastructures – plus précisément pour les réseaux de transport en commun -, l’adoption d’une politique manufacturière dotée d’une enveloppe généreuse et un réinvestissement massif dans l’éducation post-secondaire.

Articles récents du même sujet