National

Harper dénonce l'impérialisme russe

IQALUIT, Nunavut – Une Russie renforcée est une menace pour ses voisins dans l’Arctique et le Canada doit être prêt à répondre à d’éventuelles incursions de Moscou dans la région, a affirmé mardi le premier ministre Harper alors qu’il complétait sa visite annuelle du Nord canadien.

Dans un discours aux accents nationalistes prononcé devant des troupes participant à une série de manoeuvres militaires au large de l’île de Baffin, M. Harper a parlé de la façon dont le Canada ne devait jamais baisser la garde face à l’impérialisme russe grandissant. «En Europe, nous voyons les ambitions impériales de Vladimir Poutine, qui semble déterminé à ce qu’il n’y ait pas de paix pour les voisins de la Russie», a dit le premier ministre.

«Et puisque la Russie est aussi un voisin du Canada, nous ne devons pas faire preuve d’aveuglement ici non plus.»

Voilà deux fois en six jours que M. Harper mentionne la Russie. La souveraineté dans l’Arctique est l’un des aspects sur lesquels M. Harper a largement insisté au cours de sa visite, avec des annonces allant d’initiatives agricoles à des remarques sur l’impact des fouilles pour trouver les navires de l’expédition Franklin sur le contrôle canadien des régions nordiques.

Plus tôt dans la journée, l’armée avait mené une partie de leur exercice annuel, l’Opération Nanook, dans les eaux voisines du détroit de Davis. Cette section de l’exercice visait à simuler les secours apportés à un navire de croisière échoué dans la baie York, près de la pointe sud de l’île de Baffin.

La version 2014 de l’exercice implique des membres des trois secteurs des forces armées, un navire de la marine danoise et un avion de surveillance américain.

Le premier ministre a déclaré que l’armée serait toujours nécessaire pour protéger le Canada contre les menaces d’un monde de plus en plus dangereux et incertain.