Politique

Claire Samson et le Parti conservateur: flou sur les positions idéologiques

Claire Samson, ex-députée de la CAQ, et Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec (PCQ)
Claire Samson et Éric Duhaime Photo: Capture d'écran/Assemblée nationale

Le Parti conservateur du Québec a désormais une députée à l’Assemblée nationale dans la personne de Claire Samson, récemment expulsée de la CAQ. Un flou persiste toutefois sur son adhésion aux positions idéologiques du parti.

Lors de sa première apparition en compagnie de son chef Éric Duhaime, la nouvelle députée conservatrice a été bombardée de questions sur les positions du Parti conservateur. Elle a offert très peu de réponses.

«Je ne suis pas au courant de toutes les positions du parti», a-t-elle simplement dit.

Questionnée notamment sur la question de l’avortement, elle a plutôt passé la parole à M. Duhaime. Selon le chef, le parti doit prendre de nouvelles positions sur une panoplie de sujets, étant donné que la plupart d’entre eux ont adhéré au parti dans la dernière année.

«On est un parti où 95% des membres n’ont pas voté pour le Parti conservateur aux dernières élections», a-t-il dit, précisant que le parti est pro-choix.

Depuis l’élection d’Éric Duhaime comme chef, le parti est passé de 500 membres à 15 000.

Positions anti-mesures sanitaires

M. Duhaime, connu pour son opposition aux mesures sanitaires, souhaite positionner le Parti conservateur du Québec comme le parti des libertés individuelles. Il demande la levée des mesures d’urgence au Québec.

M. Duhaime a rejeté le consensus scientifique autour de l’utilité du port du masque et des mesures de distanciation sociale.

«La science a le dos large», a-t-il lancé, soulignant les débats récents sur l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca en deuxième dose.

Questionnée à son tour sur les positions du Parti conservateur sur le sujet, la députée Claire Samson affirme avoir respecté toutes les mesures sanitaires, mais «à l’étape où on en est, il faut déconfiner un peu».

Flou sur la crise climatique

Questionné à plusieurs reprises, M. Duhaime a refusé de se positionner sur l’existence d’une crise climatique ou la cause humaine de la crise.

«On va en débattre. Les changements climatiques ont toujours existé et là on parle d’une accélération. Mais le parti ne s’est pas encore réuni là-dessus. La commission politique a été mandatée pour déposer un rapport à ce niveau-là», a-t-il simplement dit.

Mme Samson, pour sa part, était plus tranchée.

«C’est évident qu’il y a des changements climatiques. Cette semaine, dans mon comté, on soulignait le 10e anniversaire de l’inondation la plus importante qui s’est jamais produite au Québec, en 2011. Je n’y habitais pas en 2011, je suis arrivée en 2012 et je voyais encore les séquelles», a-t-elle dit, ajoutant que «je pense que les humains ont quelque chose à voir là-dedans».

Articles récents du même sujet