Art de vivre
18:33 9 décembre 2020 | mise à jour le: 9 décembre 2020 à 19:38 temps de lecture: 4 minutes

Des conseils pour diminuer la facture d’électricité

Des conseils pour diminuer la facture d’électricité
Photo: Pexels / PixabayIl est possible de diminuer sa consommation d'électricité.

Avec l’obscurité qui tombe plus tôt et le froid qui s’installe, un porte-parole d’Hydro-Québec livre quelques conseils afin de réduire la facture d’électricité.

«La première étape afin d’être capable d’améliorer son efficacité au niveau de la consommation d’électricité est de la comprendre, souligne Cendrix Bouchard, porte-parole pour Hydro-Québec. En sachant exactement ce qu’on consomme et comment on le fait, c’est là qu’on est en mesure de poser des gestes pour faire des économies.»

Selon ses données, l’endroit représentant la plus grande partie de la consommation est le chauffage de l’air, qui peut en représenter environ 50%.

«Ce sont des secteurs où il y a des gains importants à faire», résume M. Bouchard.

Pour le premier, il explique que de baisser le thermostat d’un degré peut mener à des économies de 5% à 7% sur les coûts annuels de chauffage.

Les fuites d’air peuvent également occasionner des coûts importants. Particulièrement si les fenêtres ou les portes ne sont pas bien isolées.

«Ça peut atteindre un niveau où une maison peut perdre jusqu’à 25% de sa chaleur. Ce serait l’équivalent de chauffer avec une fenêtre entrouverte pendant tout l’hiver», révèle M. Bouchard.

Pour les trouver, il est possible d’utiliser un bâton d’encens. Un déplacement de la fumée indiquerait la présence d’une fuite. Une fois celle-ci trouvée, il devient plus facile de la calfeutrer afin de garder la chaleur à l’intérieur.

De même, M. Bouchard suggère également de remplacer les thermostats mécaniques par des modèles électroniques, dont les variations moindres mèneront à de petites économies. «Ce sont beaucoup d’astuces qui, en s’ajoutant, finissent par faire une différence», fait-il remarquer.

Eau

Pas en reste, le chauffage de l’eau peut également se faire sentir sur la facture d’électricité, alors qu’il peut accaparer jusqu’à 20% de la consommation énergétique.

De même, M. Bouchard suggère de réduire la durée de la douche ou d’en diminuer légèrement la température. Un pommeau à débit réduit peut également aider.

«On n’a pas besoin de prendre une douche à l’eau froide dans le noir pour faire des économies. Il y a des étapes moins drastiques. On veut juste que les gens soient conscients que c’est un endroit où ils peuvent effectuer des économies.» – Cendrix Bouchard, porte-parole pour Hydro-Québec

Ampoules

Remplacer les ampoules incandescentes par des DEL peut également mener à des économies sur la facture. Ces dernières consomment jusqu’à 90% moins d’électricité.

Néanmoins, les ampoules incandescentes produisent de la chaleur. «Il y a une récupération de cette chaleur qui existe, mais il faut être conscient que ce n’est pas la façon la plus efficace d’en produire», nuance toutefois M. Bouchard.

Le changement des ampoules peut être particulièrement perceptible avec l’approche de la période des Fêtes et des décorations décorant les domiciles.

«Pour un sapin de Noël extérieur de 6 pieds, décoré et illuminé 7h par jour pendant 40 jours, le coût est d’environ 1,90$ avec des ampoules DEL. Il serait d’environ 16,40$ avec des ampoules incandescentes traditionnelles», illustre-t-il.

Charge fantôme

De même, il peut être utile de débrancher certains appareils électroniques qui sont inutilisés. Même au repos, ceux-ci continuent de consommer de l’électricité. C’est ce qu’on appelle une charge fantôme.

«Ce qu’on évalue, c’est que dans une résidence, en moyenne, ce sont 50 à 100 watts de charges fantômes qui sont présentes en tout temps. Certains appareils consomment beaucoup plus en termes de charge fantôme que d’autres, notamment, les décodeurs vidéos et les consoles de jeu», souligne M. Bouchard.

Dans la même optique, les appareils que l’on recharge continuent d’utiliser de l’énergie, même une fois leur batterie pleine.

«On ne s’aventure pas à chiffrer le pourcentage de consommation des charges fantômes, mais au Québec, c’est quand même minime par rapport au reste», relativise cependant M. Bouchard.

Articles similaires