Art de vivre
19:35 12 février 2014 | mise à jour le: 13 février 2014 à 12:11 temps de lecture: 6 minutes

Trois bars à huiles à découvrir

Trois bars à huiles à découvrir
Photo: Yves Provencher/Métro

Connues notamment en Californie depuis quelques années, les boutiques de dégustation d’huiles d’olive et de vinaigres balsamiques – infusés de saveurs ou non – ont rejoint Montréal ces derniers mois, alors que trois boutiques ont ouvert leurs portes. Leurs points communs? Mettre de l’avant le côté naturel de leurs produits et la possibilité de goûter à tout avant d’acheter.

Boutique Olio

Le doyen: Olio & Cie

Au 77, rue Shamrock (à deux pas du marché Jean-Talon)
Ouverte depuis le 6 juin

Métro s’est entretenu avec Marie-Josée Croteau, propriétaire.

  • Le concept
    Vente en fût. Les produits sont embouteillés au moment de l’achat. Les démarches vont bon train pour la mise en place d’ateliers culinaires.
  • Les produits
    Quelque 70 huiles et vinaigres balsamiques.
  • Provenance et fournisseur
    Plusieurs pays de provenance, tels le Chili, le Pérou, la Tunisie. Un seul distributeur, Veronica Foods, qui alimente plus de 250 boutiques du même genre, mais non identiques, aux États-Unis et au Canada. Les balsamiques sont de Modène, en Italie.
  • Les formats et les prix
    Trois formats de bouteilles. À titre indicatif, le 375 ml coûte 18,95 $, sauf quelques exceptions. Rapporter sa bouteille donne un rabais sur le prochain remplissage.
  • Qu’est-ce qui distingue Olio & Cie?
    «La qualité des huiles que les consommateurs trouvent ici et le service.»
  • Un produit particulier
    «La plus grosse découverte, ce sont les huiles de l’Australie. Elles ont un côté très frais, tout nouveau. Ce qui ressort beaucoup, c’est tout le côté verdure, feuille de tomate. C’est très différent comme goût. Il faut croire que ça plaît; c’est le meilleur vendeur de la boutique, et de loin.»

OlioCie.com

boutique Oliv

Une seule origine: Oliv

Au 3951, rue Saint-Denis
Ouverte depuis le 31 août

Métro s’est entretenu avec Janie Provencher, propriétaire-associée des boutiques Oliv du Québec.

  • Le concept
    Oliv n’est pas une boutique de vrac, contrairement aux deux autres. Les barils en boutique ne sont là qu’à titre décoratif, mais les consommateurs peuvent goûter à tous les produits avant l’achat.
  • Les produits
    Plus de 25 huiles et une quarantaine de vinaigres balsamiques.
  • Provenance et fournisseur
    Toutes les huiles sont de l’Afrique du Sud. Elles proviennent d’une oliveraie qui appartient en partie à Awie Du Toit, fondateur d’Oliv. Les balsamiques viennent de Modène, en Italie, et leurs saveurs sont ajoutées à la ferme en Afrique du Sud.
  • Les formats et les prix
    Un seul format offert, 375 ml à 19,95 $, sauf quelques exceptions.
  • Qu’est-ce qui distingue Oliv?
    «Je dirais le service à la clientèle. Et le fait que nos produits nous sont vraiment exclusifs, contrairement aux autres boutiques semblables qui font souvent affaire avec des grossistes.»
  • Un produit particulier
    Métro est intrigué par l’huile, faite à partir d’olives qui goûtent le bacon. Une autre est faite d’olives qui goûtent le beurre.

Il y a trois autres boutiques Oliv au Québec et un total de 15 magasins au Canada.

Olive Pressée

L’indépendant: Olive Pressée

Au 1871, avenue du Mont-Royal Est
Ouverte depuis le 10 octobre

Métro s’est entretenu avec Guillaume Bras, copropriétaire.

  • Le concept
    Les huiles et les vinaigres sont en fût et sont embouteillés au moment de l’achat. «C’est sûr que ce sont des produits fins, qui sont assez chers, mais somme toute, le but c’est d’avoir des produits de tous les jours.»
  • Les produits
    Une cinquantaine de produits (30 huiles et 25 vinaigres).
  • Provenance et fournisseur
    Les huiles ont plusieurs provenances. Olive Pressée fait directement affaire avec des producteurs. «On en importe de l’Italie, de l’Espagne, du Chili, d’Australie […]. On en importera de la Palestine et de la France dans pas longtemps.»
    «Pour certains fournisseurs, on est allés les voir directement; pour d’autres, c’est par échantillons.» Les vinaigres balsamiques sont de Modène, en Italie.
  • Les formats et les prix
    À titre indicatif, le 375 ml coûte 17,95 $. D’autres formats sont offerts. Un rabais de 1 $ est accordé si on apporte sa bouteille.
  • Qu’est-ce qui distingue Olive Pressée?
    «Ce qui nous distingue vraiment, c’est qu’on est complètement indépendants, dans le sens où on peut commander à un producteur si on fait une découverte au cours d’un voyage ou d’une dégustation. Si on veut en importer, on peut en faire venir 15 litres; ça permet de faire découvrir à quelques clients un petit coin de paradis, un coin qu’on a aimé.»
  • Un produit particulier
    «On a une huile d’olive qui provient d’une oliveraie millénaire; les oliviers ont plus de 1 000 ans. C’est une huile qui n’est pas filtrée, qui est biologique et qui vient du sud de l’Italie. C’est assez spécial comme saveur. C’est quelque chose qu’on ne peut pas goûter autrement que dans ce genre d’huile là, qu’on ne pourra pas trouver en épicerie.»

Olive Pressée

***
En vrac ou pas?

Chez Oliv, les produits ne sont pas vendus en vrac. Janie Provencher croit que «ça garantit la qualité parce que l’huile ne s’oxyde pas pendant le transport et est à l’abri de la lumière». Guillaume Bras, de chez Olive Pressée, croit quant à lui que les fûts ont un intérêt pour la conservation. Il n’y aurait toutefois pas de réponse simple à cette question selon les spécialistes interrogés par Métro.

Pour Paul Angers, professeur au département des sciences des aliments et de nutrition de l’Université Laval, «pour la qualité, l’huile dans une petite bouteille sera, en principe, consommée plus rapidement, limitant les réactions de dégradation liées au phénomène d’oxydation». Son collègue, le professeur Joseph Arul, croit cependant qu’«à cause des antioxydants, le processus d’oxydation de l’huile d’olive est très lent. Les contenants en vrac ne devraient pas poser de problème tant que ce n’est pas dans un endroit chaud et que le contenant est approprié. D’autant plus que, normalement, quand on parle de vrac, on écoule le produit rapidement.».

Photos: Yves Provencher

Articles similaires