Art de vivre
12:15 21 juillet 2014 | mise à jour le: 21 juillet 2014 à 12:15 temps de lecture: 2 minutes

Les troubles du sommeil et la maladie de Parkinson

Les troubles du sommeil et la maladie de Parkinson

Près de 70 % des gens atteints de la maladie de Parkinson souffrent de troubles importants du sommeil qui peuvent mettre davantage leur vie en danger.

L’insomnie, des éveils fréquents durant la nuit et la somnolence excessive durant le jour sont des problèmes qui affectent le quotidien de près de 70 % des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, indique une étude de l’Université de Dresde parue dans le Journal of Parkinson’s Disease.

Ces inconvénients peuvent engendrer des problèmes plus graves. Par exemple, la somnolence peut conduire à un risque de chutes ou de blessures, diminuer la concentration et la cognition, augmenter les risques de dépression et affecter l’humeur et la vie sociale des gens malades.

Selon le Dr Wiebke Schrempf, auteur de l’étude, de petites doses de lévodopa ou agonistes de la dopamine pourraient aider à améliorer la qualité du sommeil et atténuer les symptômes moteurs ou mouvements non contrôlés par les malades qui perturbent souvent leur sommeil. Un calcul précis pour le dosage de ces traitements doit toutefois être effectué, car ces médicaments peuvent engendrer de la somnolence diurne.

Les troubles du sommeil peuvent également être révélateurs de la présence du Parkinson pour certaines personnes et même prédire la maladie.

« Dans les cas extrêmes, les patients peuvent présenter un trouble comportemental du sommeil paradoxal et vivre leurs rêves en actions, avant même que les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson apparaissent. Ainsi, des chercheurs de l’Université de Toronto ont déjà suggéré que les troubles comportementaux en sommeil paradoxal peuvent être prédictifs de développement de maladies neurologiques chroniques comme le Parkinson ou certaines formes de démence », explique Santé Log.

Crédit photo : Tab62/Bigstockphoto.com

Articles similaires