Art de vivre
15:20 14 novembre 2014 | mise à jour le: 14 novembre 2014 à 15:22 temps de lecture: 4 minutes

Festin pour la fête des Morts

Festin pour la fête des Morts
Photo: Pascal Filion/collaboration spéciale

L’entreprise montréalaise moitié-moitié propose une dégustation culinaire qui sort de l’ordinaire, en l’honneur des morts!

Le 2 novembre, le Mexique, comme chaque année, célébrait le jour des Morts, ou le Día de Muertos, en espagnol. Tania Jiménez, la fondatrice de moitié-moitié, qui souhaite tisser des liens entre les cultures à travers la cuisine, convie les Montréalais à vivre l’expérience dans son atelier-cuisine de la rue Casgrain, le samedi 22 novembre. «Pour nous [les Mexicains], la fête des Morts est une journée où la vie et la mort se confondent, dit-elle. C’est comme si on faisait un party pour les gens qu’on aime et qui sont décédés.»

Les morts sont célébrés de plusieurs façons durant cette journée: «On va au cimetière, on érige des autels – soit à la maison, soit directement sur les tombes. Sur ces autels, on dispose plusieurs éléments importants, notamment de la nourriture, explique Mme Jiménez. L’idée, c’est d’inviter l’esprit de ses ancêtres à venir manger ce qu’ils aimaient.»

La nourriture est donc au centre des célébrations aussi bien pour les morts que pour les vivants. Ceux-ci mangeront en effet les mêmes mets qu’ils auront déposés sur l’autel des défunts. Selon Tania Jiménez, une dégustation culinaire est donc la meilleure manière de découvrir la richesse de cette tradition, qui date de l’époque préhispanique.

Pour ses convives, l’entrepreneure-cuisinière préparera un menu typique de la fête des Morts composé d’éléments salés, mais aussi de beaucoup de plats sucrés, des mets qu’elle disposera aussi sur les autels érigés pour l’occasion. «À la fête des Morts, on aime le sucré. On boit du chocolat chaud, on mange du pan de muerto… c’est le côté plus réconfortant de l’affaire», analyse-t-elle.

Loin d’être macabre ou triste, cette fête est des plus colorées et est une des plus importantes au Mexique, après Noël et la fête nationale.

C’est cet esprit lumineux que souhaite transmettre l’entrepreneure, passionnée de bouffe, au cours de cette soirée du 22 novembre. «C’est un partage de notre culture, pour montrer comment nous, les Mexicains, nous célébrons les morts», souligne celle qui s’occupe du volet gastronomique de l’événement La fête des Morts, qui a tenu des activités (concerts, lectures, etc.) tout au long du mois de novembre.

Plus qu’une simple dégustation culinaire, la soirée de moitié-moitié sera une immersion culturelle: musique, autels et festin combleront les participants… et les morts!

Au menu des morts
Tania Jiménez cuisinera un menu typique du jour des Morts:

  • El pan de muerto. Il s’agit d’un pain brioché préparé exclusivement pour la fête des Morts. C’est un pain rond, qu’on décore d’une croix en pâte.
  • Calabaza en tacha. Une courge (citrouille) confite dans du sucre de canne brute.
  • Tamales. Les tamales sont cuisinés pour presque toutes les fêtes, et celle des Morts ne fait pas exception. Ce sont de petits gâteaux faits de farine de maïs, farcis de viande, de piments, de fromage, de cactus, etc., et cuits à la vapeur dans une feuille de bananier.
  • Mole poblano. Une sauce de piments qui comprend une vingtaine d’ingrédients.
  • Amarillito. Une sauce qui accompagne le poulet ou le porc et qui se mange avec du riz.
  • Chocolate caliente. Le cho­colat chaud est une boisson traditionnellement consommée durant la fête des Morts.
  • Autres boissons associées à cette fête. Tisane d’hibiscus, vin… et tequila, bien sûr!

Quand? Samedi 22 novembre, à 18h
Où? 5333, av. Casgrain, studio 311
Combien? 45$
Pour réserver: moitie-moitie.org

Articles similaires