Art de vivre
03:58 20 avril 2011 | mise à jour le: 8 avril 2012 à 12:40 temps de lecture: 4 minutes

Comment se préparer financièrement à l'achat d'une première maison

Martin Lafontaine, planificateur financier placements et retraite pour le compte de la Banque de Montréal Groupe Financier, le dit d’emblée : quand on veut acheter une première maison, il faut posséder un revenu stable depuis au moins six mois. «Si on est déjà très serré, ce n’est pas le temps de s’acheter une maison, mais si on a reçu une promotion, on peut peut-être commencer à y penser», conseille-t-il. Le planificateur financier suggère également de rembourser le solde de ses cartes de crédit et de payer ses dettes avant d’entamer le processus.

On n’y échappe pas, il faut ensuite élaborer son budget. «Le budget permet d’établir sa capacité de payer et de définir quel genre de maison on devrait magasiner», explique Nicolas Fréchette, chef de produits financement hypothécaire pour Desjardins.

Les futurs acheteurs doivent également avoir en tête qu’il leur faut consacrer un pourcentage du prix de la maison à la mise de fonds. Plusieurs options s’offrent alors à ceux qui n’ont pas un gros bas de laine. «Ceux-ci peuvent procéder au retrait d’une somme de leurs REER en vertu du Régime d’accession à la propriété ou faire un emprunt avec les droits inutilisés de leur REER. Avec le remboursements d’impôt que cela génère, ils peuvent acquitter une partie du prêt et utiliser le reste de l’argent pour leur mise de fonds», précise Nicolas Fréchette.

«La cotisation d’épargne automatique peut aussi être une bonne façon d’augmenter une mise de fonds, concède Martin Fontaine. Chaque mois, notre institution financière prélève dans notre compte la différence entre le montant de notre loyer actuel et le montant des paiements mensuels de notre future maison. Ça nous permet de nous «pratiquer» à faire nos versements hypothécaires!»

Avant de commencer à magasiner sa maison, il est aussi fortement conseillé d’aller trouver son institution financière afin de procéder à une préqualification hypothécaire.  «Il faut cependant faire attention, car cette préqualification nous donne le montant maximal qui pourrait nous être prêté par notre banque. Si elle est de 500 000 $, cela ne veut pas dire qu’il faut magasiner des maisons de ce prix-là, prévient Julie Daneau, qui a procédé il y a quelques années à l’achat de sa première maison. Il faut être conscient de toutes les dépenses auxquelles on va devoir faire face.»

Celles-ci sont nombreuses : frais de déménagement, achat de meubles, taxe de bienvenue, frais de notaire, etc. «Il faut également penser à avoir un petit coussin en cas d’imprévu et se préparer au fait que, par exemple, nos frais d’électricité seront plus élevés si on passe d’un petit loyer à une grande maison», note la propriétaire. Julie Daneau conseille par ailleurs de bien magasiner son prêt hypothécaire auprès des différentes institutions financières car, dit-elle, «l’hypothèque, on va la payer pendant 25 ans!»

Bloc-notes

Étapes et conseils à suivre pour bien vous préparer financièrement à l’achat de votre première maison :

  • 1 Faites votre budget : la plupart des institutions financières possèdent des grilles de calcul sur leur site internet afin d’évaluer vos capacités de paiement.

  • 2 Constituez votre mise de fonds : vous devez vous constituer une mise de fonds minimale de 20 % du plus petit des montants suivants : le coût d’achat ou la valeur marchande de la propriété. Vous pouvez également choisir de faire une mise de fonds de 5 à 10 %, mais vous devrez alors obtenir une assurance prêt hypothécaire de la Société cana­dien­ne d’hypothè­ques et de logement ou de Genworth Financial Canada.
  • 3 Prévoyez les frais de démarrage : vous devriez prévoir au moins 5 000 $ pour ces dépenses, ou 1,5 % de la valeur de votre future maison.
  • 4 Obtenez une préqualification hypothécaire : celle-ci est de plus en plus demandée par les agents immobiliers.

  • 5 Magasinez votre prêt : il existe différents types de prêts hypothécaires, car les futurs acheteurs ont différentes situa­tions financières. N’ayez donc pas peur de magasiner!

Articles similaires