Santé
10:25 13 juillet 2020 | mise à jour le: 13 juillet 2020 à 15:24 temps de lecture: 2 minutes

La COVID-19 augmenterait les risques de naissances prématurées

La COVID-19 augmenterait les risques de naissances prématurées
Photo: Steve Parsons/Getty Images

Les femmes enceintes atteintes de la COVID-19 ont vu leurs chances de naissances prématurées ou par césarienne grimper depuis le début de la pandémie. C’est ce que conclut une étude publiée début-juillet dans la revue scientifique The Lancet.

Mené par des chercheurs de l’école de médecine de l’Université St George’s, à Londres, le papier a analysé des milliers de grossesses à travers le monde depuis le début de la crise sanitaire. Selon les auteurs, «les risques de donner naissance prématurément […] et par césarienne augmentent» lorsqu’une mère a été infectée au coronavirus.

C’est «de prime abord» en raison de l’intervention des médecins que les femmes étudiées ont donné naissance de manière prématurée. Ces événements sont toutefois survenus une fois sur cinq, avancent les chercheurs derrière l’étude.

Les naissances par césarienne, elles, ont eu lieu une fois sur deux.

Des études menées lors d’épidémies précédentes de coronavirus avaient déjà conclu à des risques de maladie plus importants et à une augmentation des naissances prématurées.

Des risques pour l’enfant ou la mère?

Hormis les possibilités agrandies de naissances prématurées ou de césariennes, les mères atteintes de COVID-19 peuvent être rassurées. La transmission du virus de la mère au bébé n’arrive que rarement, soulignent les chercheurs de l’Université St George’s.

Déjà en mars, une étude chinoise avait conclu la même chose, mais avec un échantillon beaucoup plus limité.

Pour ce qui est de la mortalité périnatale, les chercheurs n’ont pas remarqué de tendance à la hausse. Elle surviendrait dans environ 1% des cas chez les femmes atteintes de la COVID-19.

Les difficultés chez la mère ne semblent pas survenir plus souvent non plus. «Les risques de soins intensifs maternels sont probablement similaires à ceux des femmes infectées non enceintes», peut-on lire.

Le gouvernement du Canada conseille actuellement aux femmes enceintes d’éviter les «endroits bondés» et le transport en commun.

Articles similaires