Vacances
07:00 30 août 2011 | mise à jour le: 7 janvier 2014 à 17:50

Trois balades en forêt près de Montréal

Il reste encore plusieurs fins de semaine pour profiter de la nature sans avoir à chausser ses skis. Voici trois suggestions de balades à Montréal et dans les environs.

  • 1. Le parc-nature de la pointe-aux-prairies, Montréal

Le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies est situé à l’extrémité est de l’île de Montréal, dans les quartiers Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles. D’une super-ficie de 261 hectares, ce parc s’étend de la rivière des Prairies jusqu’au fleuve Saint-Laurent. Le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies est un véritable havre de verdure en milieu urbain, où il est possible de découvrir et d’apprécier une variété d’écosystèmes. On y trouve des bois matures, des marais ainsi que des champs. Ce parc-nature vise à mettre en valeur des éléments représentatifs du patrimoine naturel de l’est de l’île de Montréal. Lieu propice à la détente, il offre l’initiation aux sciences de la nature, ainsi que la pratique de certaines activités de plein air compatibles avec la vocation écologique du parc.

PARCOURS
Le réseau compte autour de 15 km de sentiers, dont 4,1 km sont réservés à la marche. Le secteur du Bois-de-l’Héritage, qui comprend également le Bois-de-la-Réparation, abrite les seuls bois matures à l’est du mont Royal. En raison de la grande diversité de ses habitats (bois, marécages, champs en friche), ce secteur possède une faune et une flore des plus riches. Il est d’ailleurs réputé être une importante réserve ornithologique. Le parc est fréquenté par plus de 184 espèces d’oiseaux. Des postes d’alimentation pour les oiseaux, installés le long des sentiers, permettent des rencontres très agréables.

Et le randonneur, au dé­tour d’un sentier, peut également surprendre un joli lapin à queue blanche, un renard roux, un raton laveur ou une hermine. Le Bois-de-la-Réparation, de l’autre côté du passage à niveau, abrite une magnifique érablière à caryer ainsi qu’une grande variété d’essences, dont le tilleul, le chêne et le frêne. Le pavillon des Marais présente une exposition thématique portant sur la richesse et la fragilité des milieux humides. Le visiteur ne manquera pas de monter dans la tour d’observation du pavillon, d’où la vue sur la rivière des Prairies et les marais est splendide. Au centre d’un des marais, un magnifique kiosque invite à la détente et à l’observation. Tout près, une aire d’observation des oiseaux a été aménagée.


  • 2. Le boisé Papineau, Laval

Petit boisé sympathique où il fait bon se balader au rythme des saisons, le Boisé Papineau (100 ha) est un espace naturel qui est dédié à la conservation ainsi qu’à des activités d’éducation, de sensibilisation à la nature et de plein air. C’est également un refuge où un grand nombre de plantes survivent, à l’abri des villes et des développements domiciliaires.

PARCOURS

Le réseau de sentiers (environ 7 km) est en partie aménagé. Le secteur qui se trouve au sud de la voie ferrée compte quelques sentiers, dont ceux du Hêtre, de la Fougère et du Tilleul. Ces sentiers sont très bien aménagés et balisés. On y trouve aussi quelques panneaux d’interprétation (flore, histoire, etc.) mis en place par l’Association pour la conservation du Boisé Papineau (ACBP). Du côté nord de la voie ferrée, une multitude de petits sentiers s’entrecoupent. Mais, comme le boisé est entouré de routes, le randonneur n’a rien à craindre des parcours. Il n’a qu’à suivre son instinct pour se promener à sa guise. La forêt n’est pas trop den­se, et le sol se révèle peu accidenté.

De superbes érables, aux riches coloris l’automne ve­nu, ainsi qu’une multitude de plantes composent le paysage. Le Boisé Papineau abrite d’ailleurs une superbe hê­traie bicentenaire comportant de vénérables spécimens et près de 90 espèces d’arbres et d’arbustes, de même que 220 espèces de plantes. Le Club d’ornithologie de Laval, qui entretient plusieurs mangeoires, y a recensé à ce jour quelque 130 espèces d’oiseaux. On raconte aussi que le boisé serait fréquenté par une vingtaine d’espèces de mammifères.


  • 3. Le parc du domaine vert, Rive-Nord

Le parc du Domaine vert n’est situé qu’à une vingtaine de kilomètres au nord de Montréal, près de l’autoroute des Laurentides, mais il a beaucoup à offrir aux amateurs d’activités de plein air «quatre-saisons». Près des grands centres urbains, on s’y sent tout de même partout en «plein bois». Le programme des activités est bien élaboré et bien conçu. À ceux qui ont envie d’une nuit calme et paisible au fond des bois, mais pas trop loin de la ville, le parc loue à prix modiques des petits chalets rustiques pouvant recevoir de 6 à 8 personnes, de même qu’un grand chalet pouvant loger 24 personnes.

PARCOURS
Le réseau de sentiers de randonnée pédestre n’est pas encore tout à fait défini. On y trouve présentement 5 km de sentiers, dont un sentier écologique de 2 km, qui sont bien aménagés. Dans un avenir rapproché, le parc prévoit aménager ces sentiers (petits ponts, passerelles, etc.), qui servent surtout aux skieurs de fond en hiver, afin que les randonneurs puissent aussi en bénéficier pleinement. En ce qui a trait aux animaux observés dans le parc, soulignons la présence de la grenouille des bois, du crapaud d’Amérique, du raton laveur, de l’araignée loup, de la salamandre maculée, de la moufette, de la couleuvre noire et jaune, de la couleuvre à ventre rouge, du lièvre, du porc-épic, du castor, du cerf de Virginie et de l’orignal.

Articles similaires