Vacances
15:13 1 août 2014 | mise à jour le: 1 août 2014 à 15:51 temps de lecture: 6 minutes

Plongeon dans le temps au Fort-Lennox

Plongeon dans le temps au Fort-Lennox
Photo: Denis Pagé, Parcs Canada

Huit des rares archéologues subaquatiques du monde plongeront devant public dans la rivière Richelieu dans le cadre de Fort-Fouille, une activité spéciale du 10e Mois de l’archéologie, afin de dégager les vestiges enfouis d’un ancien chantier naval qui y a été en activité de 1812 à 1832.

«Être en contact avec les visiteurs tout de suite avant de plonger, c’est la première fois que ça nous arrive! s’enthousiasme le chef du service d’archéologie subaquatique de Parcs Canada, Marc-André Bernier. On essaie de [rencontrer le public] le plus souvent possible, mais on n’a pas beaucoup d’occasions.» Les fouilles se tiendront sur le site historique du Fort-Lennox, à l’Île-aux-Noix, un monument érigé pour prévenir une éventuelle invasion américaine au début du XIXe siècle. Les plongeurs travailleront de concert avec des archéologues terrestres pour analyser les trouvailles qu’ils feront sur les lieux de l’ancienne maison du Commodore.

En plus d’accueillir en son lit cette année les festivités entourant le 100e anniversaire du naufrage de l’Empress of Ireland, la rivière Richelieu s’animera du 2 au 10 août pour souligner les 50 ans de pratique de l’archéologie subaquatique au Canada. «Le premier projet de fouilles de Parcs Canada sous l’eau était au Fort-Lennox. On retourne donc, avec ce nouveau projet, à nos sources, souligne M. Bernier. L’archéologie sous-marine a débuté [à l’échelle planétaire] en 1960, et notre équipe est donc une des premières au monde.»

Le plongeur insiste sur l’occasion unique que représente Fort-Fouille pour le public d’en apprendre davantage sur cette branche méconnue de l’archéologie. «Au niveau gouvernemental, à l’échelle du Québec comme du Canada, on est la seule équipe opérationnelle d’archéologues sous-marins, constate-t-il. D’autres travaux sous-marins sont faits de façon ponctuelle par des universités comme l’Université de Montréal.» Deux fois par jour, à partir de la rive, les visiteurs pourront voir les plongeurs prendre le large. Si, pour des raisons de sécurité, ils ne peuvent pas eux-mêmes se lancer à l’eau, les touristes pourront cependant échanger avec les spécialistes et participer à la portion terrestre des fouilles.

«Les gens vont pouvoir suivre le parcours d’un objet qui est trouvé sous l’eau, expose Marc-André Bernier. On va expliquer pourquoi on prend certaines mesures, qu’on recueille telle ou telle donnée. Des restaurateurs seront également sur place pour expliquer l’importance de la préservation et comment on entre ensuite dans le mode d’interprétation.»

Contrairement à la croyance populaire, les archéologues subaquatiques ne cherchent pas à tout prix à retirer de l’eau les épaves ou vestiges qu’ils y découvrent, mais bien de diffuser ce que ces derniers apportent en plus à notre version de l’histoire. «On essaie le plus possible de laisser les choses à leur place parce qu’il y a une partie de leur valeur historique qui vient avec le lieu. De plus, quand on sort un objet de l’eau, c’est très complexe de le garder en bon état», fait remarquer l’archéologue de Parcs Canada.

Les coûts engendrés par de telles opérations aquatiques incitent également les spécialistes à laisser les vestiges à leur place. «Il y a toujours des choix à faire», admet-il, sans découragement dans la voix toutefois. L’utilisation des nouvelles technologies permet aujourd’hui un monde de possibilités pour immerger le public dans le passé. Parcs Canada n’est par ailleurs pas responsable de toutes les épaves canadiennes, précise l’archéologue. L’organisme gouvernemental a dans son champ d’intervention les parcs nationaux, les aires marines et les lieux historiques qui ne sont pas sous le giron provincial.

Initiative du Réseau Archéo-Québec, le Mois de l’archéologie vise à sensibiliser le public au patrimoine ancestral. Quelque 85 activités se tiennent tout le mois d’août sur 57 sites se trouvant dans 14 régions de la province. Au lancement médiatique de la programmation, l’archéologue et chercheur à l’Université de Montréal Christian Gates St-Pierre a défendu la pertinence de cette «science molle» peu valorisée dans nos sociétés et qui subit des suppressions de postes. L’archéologie est toujours d’actualité, a-t-il insisté. «Pour les grandes questions actuelles, comme les changements climatiques, les inégalités sociales, l’agriculture, a-t-il énuméré, l’archéologie est utile.»

Pertinente, l’archéologie l’est certainement pour Marc-André Bernier, puisque, résume-t-il, «nous vivons l’histoire de demain». Le chef du service d’archéologie subaquatique de Parcs Canada prendra le large avec son équipe et se rendra dans l’Arctique après les activités de Fort-Fouille pour retracer les navires de Franklin. Avant, il sera de passage à Montréal samedi, au musée Pointe-à-Callière, pour dresser le bilan des plus récentes découvertes sous-marines.

Programmation
Cinq autres activités dans le cadre du Mois de l’archéologie

  1. En collaboration avec le festival Présence Autochtone et le Musée Lachine, simulations de fouilles archéologiques animées par des guides-interprètes. Les 1er, 2 et 3 août de 12 à 17h.
  2. Rencontre avec des archéologues qui participent à l’école de fouilles archéologiques de Pointe-à-Callière qui se tient depuis plus de 11 ans en partenariat avec l’Université de Montréal. Les 30 et 31 août.
  3. Fouilles archéologiques publiques au parc national du Lac-Témiscouata, du 1er au 31 août, de 13h à 15h et de 15h30 à 17h30.
  4. Conférence donnée par Patrimoine Experts à Coaticook, dans les Cantons-de-l’Est, sur l’état des fouilles sur le site du Musée Beaulne. Le 12 août à 19h.
  5. «L’apprenti-archéo», fouille véritable en compagnie d’un archéologue professionnel au parc national d’Oka. Chaque samedi du mois d’août, de 9h à 11h et de 13h à 15h.
    Programmation complète au archeoquebec.com