Vacances
18:22 8 septembre 2015 | mise à jour le: 8 septembre 2015 à 18:22 temps de lecture: 4 minutes

La job de rêve

La job de rêve
Photo: collaboration spéciale

Comme vous le savez, j’aime voyager seule. Depuis plusieurs années, je chosis souvent de partir seule, car cela me permet de me retrouver face à moi-même, de développer mon sens de la débrouillardise, d’être autonome et indépendante et, surtout, parce que cela facilite les rencontres.

Je vous avoue que j’avais quelques appréhensions lorsque j’ai accepté de faire une émission de télé. En plus d’être ma première véritable expérience, je devais recevoir un groupe de trois inconnus avec qui j’allais partager mon quotidien pendant plus d’un mois, et ça, ça me stressait beaucoup.

Nous avons passé un mois en Bolivie, qui n’a pas été nécessairement facile. Ma réalisatrice a été hospitalisée, mon caméraman a eu un empoisonnement alimentaire, sans compter les effets négatifs de l’altitude sur le corps (maux de tête, cœur qui bat rapidement, fatigue, souffle court, etc.) et le stress qui venait avec tout cela, car c’était une première pour tout le monde. La production a finalement décidé de rapatrier l’équipe au Québec après un mois passé en Bolivie et changer de plan pour la deuxième partie de la saison de Lydiane autour du monde. On pourrait croire que c’est la job de rêve de voyager en guise de travail, mais la réalité peut être quelques fois tout autre en raison des longues heures de travail, de la gestion des impondérables de voyage, de la barrière de la langue, des différences culturelles et sociales, des choses qui ne fonctionnent pas comme on le souhaite, du temps passé dans les transports, de l’estomac qui ne collabore pas et j’en passe! Ce n’est pas fait pour tout le monde.

Le tournage de la deuxième partie de l’émission a débuté il y a 16 jours, et l’équipe de tournage et moi nous retrouvions donc réunies pour une seconde fois. Une fois que nous espérions tous meilleure, amusante et facile.

Aussitôt que nous sommes arrivés au Belize, j’ai senti une différence avec la Bolivie. Un soleil toujours présent, une température chaude, une mer turquoise, une ambiance de vacances, une abondance de fruits et légumes, aucune altitude, des gens accueillants, on ne pouvait demander mieux. Tous ces aspects ont joué pour beaucoup et je peux vous dire que l’ambiance du groupe a été au beau fixe dès notre arrivée, surtout sans problème de santé, pas de mal d’altitude, pas de grand froid et le fait que c’est impossible d’être stressé dans les Caraïbes!

Nous sommes basés pour un mois à Caye Caulker, une minuscule île du Belize mesurant 8km de long et 1km de large. Il n’y a aucune voiture, les rues sont en sable et les seuls moyens de transport sont le vélo et la voiturette de golf! Une mer turquoise et la deuxième plus grande barrière de corail, remplie de poissons, requins, raies et lamantins nous entourent! Chaque jour, nous avons l’impression d’être au paradis! Il y a pire comme endroit pour travailler.

Ces trois inconnus, je peux maintenant dire qu’ils sont devenus mes amis. Nous avons vécu des hauts et des bas, ce qui a permis de former une synergie au sein de l’équipe qui va bien au-delà du travail. J’ai l’impression de faire partie d’un groupe de voyageurs avec… une caméra en plus! Jamais je n’aurais cru que ce serait aussi trippant de faire une émission de télé avec eux.

La peur que j’avais au début – d’avoir à changer ma façon de voyager ou simplement de ne pas aimer tourner une émission de télé – a complètement disparu. Je suis profondément heureuse d’avoir la chance de vivre cette aventure et je peux dire haut et fort que j’aime ma job, en fait, que c’est ma job de rêve! Haha! Ce que j’espère maintenant de tout cœur, c’est que l’émission soit tellement populaire que tous nos contrats de travail soient renouvelés. Let’s go, on se croise les doigts pour qu’il y ait une deuxième saison de Lydiane autour du monde!

lydianeautourdumonde.com
facebook.com/lydianeautourdumonde