Visitez Montréal
18:31 31 août 2020 | mise à jour le: 31 août 2020 à 18:43 temps de lecture: 6 minutes

Les demeures patrimoniales du vieux Montréal du Nord

Les demeures patrimoniales du vieux Montréal du Nord
Photo: Amine EsseghirSite des moulins.

Métro Ahuntsic-Cartierville a sélectionné quelques maisons patrimoniales d’Ahuntsic-Cartierville qui témoignent du temps qui est passé.

Ancien magasin général
Ancien magasin général. Photo : Amine Esseghir

Le magasin général

Situé au 2012-2016, boulevard Gouin Est, ce bâtiment construit en 1865, est typique de son époque. Le magasin général du Sault-au-Récollet était la propriété de Théophile Paquet, commerçant et conseiller municipal. C’était un commerce qui fournissait toutes sortes de biens.

Théophile Paquet a exploité le magasin général jusqu’en 1903, année de son décès. N’ayant eu que des filles, sa propriété a été louée par sa succession à Ulysse Corbeil pendant 40 ans. Puis, la famille Corbeil en a été propriétaire jusqu’en 1973.

Aujourd’hui, le magasin général est une résidence. Avant cela, la partie ouest a servi à une agence de la Banque provinciale puis à une biscuiterie. L’est a été occupé par un nettoyeur durant 17 ans. L’excellent entretien de l’édifice, son maintien quasiment dans le même état depuis sa construction il y a plus de 155 ans, permet de percevoir un pan de la vie du vieux village du Sault-au-Récollet.

Maison Brousseau
Maison Brousseau. Photo : Amine Esseghir

La maison Brousseau

Située au 2273, boulevard Gouin Est, cette maison de ferme date de 1835. Elle a été construite par Antoine Brousseau, ancien capitaine de milice et personnalité influente du Sault-au-Récollet. Il a été marguiller juge de paix et maire de son village.

La bâtisse a connu peu de transformations, la plus importante a eu lieu lors de travaux d’entretien en 1959 : le bâtiment possédait une galerie en façade qui a disparu, mais ses traces sont toujours apparentes. La maison est protégée en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel depuis 2012.

Maison du peintre
Maison du peintre. Photo : Amine Esseghir

La maison du peintre

Cette maison de construction récente sise au 2124, boulevard Gouin Est, est la reconstitution fidèle de l’ancienne demeure typique des «boum town» du début du 20e siècle.

La bâtisse originale a été démolie en 2015, car irrécupérable. Toutefois, le nouveau propriétaire l’a reconstruite à l’identique pour préserver la trame paysagère du quartier.

La maison revêt un autre intérêt historique et culturel puisqu’elle a été durant 20 ans, la demeure du sculpteur et peintre québécois André Turpin. Il l’a quittée en 2011. L’artiste est reconnu comme automatiste et se situe entre Riopelle et Borduas.

Il y a réalisé une partie de son œuvre colossale, au moins 800 toiles et des dizaines de sculptures.

Maison du pressoir
Maison du pressoir. Photo : Amine Esseghir

La maison du Pressoir

Aujourd’hui musée, la maison du Pressoir a été construite vers 1813. Elle appartenait au meunier Didier Joubert, à qui les Sulpiciens avaient concédé un emplacement en bordure de la rivière des Prairies.

Elle abritait un pressoir à cidre avant d’être transformée en habitation entre 1842 et 1846. Les bases en maçonnerie qui ont servi à poser l’ancien pressoir à pommes sont toujours visibles pour les visiteurs.

C’est une demeure en pierre et en bois de plan rectangulaire, d’un étage et demi, surmontée d’un toit aigu à deux versants droits.

C’est une des dernières maisons en colombage pierroté au Canada. Cette technique de construction répandue à l’époque consistait à empiler entre deux montants de bois verticaux des petites pierres noyées dans du mortier. On enduisait ensuite le mur extérieur de stuc à l’extérieur pour se protéger des intempéries.

Maison du meunier
Maison du meunier. Photo : Amine Esseghir

La maison du Meunier

Ce bâtiment historique classé a été construit vers 1727. Il abritait un moulin à farine. Il comprend aujourd’hui un centre d’interprétation et dispose d’une salle d’exposition qui peut être louée pour y tenir diverses activités.

Son attrait le plus populaire demeure le bistro qui y est aménagé à l’arrière avec vue sur la rivière des Prairies et des ruines de l’ancien moulin.

Il a connu d’importants travaux d’entretien entre 2017 et 2019 qui visaient des mises aux normes et des rénovations intérieures avec notamment l’amélioration de la sécurité en cas d’incendie et l’ajout d’équipements pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

La Ville voulait se rapprocher le plus possible de ce qu’était l’édifice à l’origine tout en respectant son caractère historique et en l’actualisant. La façade a été transformée et une véranda en métal galvanisé et en bois a été ajoutée.

Maison Persillé Lachapelle
Maison Persillé Lachapelle. Photo : Amine Esseghir

La maison Persillier Lachapelle

La particularité de cette maison aujourd’hui est qu’elle est située en bordure de la prison de Bordeaux et faisant partie intégrante de l’établissement pénitencier sans être utilisée à des fins d’incarcération.

C’est une ancienne maison de ferme identifiée dans la catégorie immeuble de valeur patrimoniale exceptionnelle.

Quand Pascal Persillier dit Lachapelle, un des premiers canadiens français a avoir fait fortune dans l’industrie et le commerce ainsi que dans la construction de ponts, fit don à son fils Pascal junior de ses terres en 1834, une maison y est mentionnée, mais on ignore si c’est celle-ci.

Toutefois, quand la grande propriété agricole a été achetée vers 1907 par le gouvernement pour y construire la prison, la maison fut cédée dans la transaction.

Manoir Mac Dougall
Manoir Mac Dougall. Photo : Gracieuseté – Ville de Montréal

Le manoir Mc Dougall

Appelée aussi maison Mary-Dorothy-Molson, cette demeure bourgeoise de style néogéorgien possède une soixantaine de pièces. Elle a été construite entre 1930 et 1931.

Elle est située au 9095, boulevard Gouin Ouest, en plein cœur du site patrimonial du Bois-de-Saraguay. Toutefois, elle n’est pas visible de la rue. Il faut s’aventurer au milieu des fourrées pour pouvoir la voir.

Propriété de la Ville de Montréal, elle est utilisée pour des cérémonies d’apparat ou louée pour des productions de cinéma.

 

 

 

Articles similaires