Carrières

Les conséquences de l’intelligence artificielle sur l’emploi font l’objet d’une étude

Les conséquences de l’intelligence artificielle sur l’emploi font l’objet d’une étude
Photo: MétroLa relation liant l’intelligence artificielle, la production et l’emploi est complexe.

CoeffiScience, le comité sectoriel de main-d’œuvre de la chimie, de la pétrochimie, du raffinage et du gaz, dévoilait hier les résultats d’une enquête portant sur les effets à prévoir de l’intelligence artificielle sur les emplois en chimie.

Quelles seront les répercussions de l’automatisation des procédés industriels sur les emplois au Québec? 

L’étude des conséquences de l’automatisation sur la main-d’œuvre établit des prévisions qui pourraient s’avérer si le secteur devait faire face à un investissement marqué en équipements et technologies de fabrication avancées.

«Pour aider les entreprises et les travailleurs du secteur à surmonter ce qui sera certes un défi, il nous faut des données, et cette étude en est riche», affirme Guillaume Legendre, directeur général de l’organisme. «Ce n’est toutefois qu’une première étape. Il faudra poursuivre la réflexion en intégrant d’autres facteurs, comme la rareté de la main-d’œuvre, à l’analyse des conséquences que l’automatisation pourrait avoir dans l’industrie.»

Points forts de l’enquête sur l’intelligence artificielle

  • Une vague d’investissements en nouvelles technologies pourrait se traduire par la perte de près de 4 200 emplois au cours des 5 prochaines années.
  • Chaque million de dollars investi en automatisation supprimera 2,36 emplois en production.
  • Les entreprises ayant adopté un mode de production par lots sont les plus susceptibles d’être ébranlées : environ 50 % de leurs emplois risquent de disparaître. À l’inverse, les secteurs ayant adopté la production continue ne seront que peu touchés par la vague d’automatisation.
  • Les emplois des domaines de la production et de l’administration sont ceux qui devraient connaître les plus fortes baisses, alors qu’on pourrait observer une hausse des emplois liés à l’entretien et à la maintenance.
  • Malgré l’automatisation, une reprise de l’emploi en 2025 pourrait entraîner l’embauche de 1 000 personnes de plus d’ici 2030.

Cette enquête a été réalisée par MCE Conseils. Pour consulter l’étude complète, rendez-vous au coeffiscience.ca/automatisation.

Articles similaires