Carrières
05:00 4 novembre 2020 | mise à jour le: 5 novembre 2020 à 14:09 temps de lecture: 4 minutes

Gagner sa vie en lisant

Gagner sa vie en lisant
Photo: 123RFLe monde de l’édition du livre se résume à placer la lecture au cœur de sa vie!

Les lecteurs de manuscrits séparent le bon grain de l’ivraie sur les étagères de nos librairies. Quels talents cultivent-ils pour repérer le prochain livre à succès?

La boîte de réception de Veronica Rousseau déborde continuellement. Et pour cause : elle dirige la section française de Scholastic Canada, une maison d’édition spécialisée dans la littérature jeunesse. L’organisation allie les publications originales françaises et les traductions anglaises à travers le Canada et les États- Unis.

Les histoires, accompagnées de croquis d’illustrations, atterrissent pour la plupart en format numérique. Aucun n’est admis sans avoir été lu par plusieurs paires d’yeux. Pour sortir du lot, les textes doivent avant tout s’adresser aux marchés convoités par la maison d’édition. Dans le cas de Scholastic, on parle d’écoles et de familles, mais aussi de clubs de lecture et de festivals littéraires.

«Nous aimons publier des ouvrages qui vont se rattacher au curriculum, car la littérature est de plus en plus utilisée pour enseigner l’ensemble des matières. Sans se vouloir un manuel scolaire, une histoire peut expliquer une panoplie de concepts mathématiques», note Veronica Rousseau.

Selon l’éditrice, les mauvais manuscrits se font rares : «un texte peut toujours se travailler. C’est la force de l’histoire, de l’idée à développer qui va capter notre attention». Est-ce que cette idée sera intéressante du début à la fin? Peut-elle être étirée sur une trentaine de pages? Voilà des questions qui traversent son esprit à chaque lecture. L’originalité dans le classique forme aussi un plus. «Les mêmes thèmes reviennent souvent, mais on est régulièrement surpris de la façon qu’ils sont développés. On pense qu’on a tout vu sur l’heure du dodo, puis un conte qui bouleverse complètement la façon d’illustrer le rituel nous tombe entre les mains», admet l’éditrice.

«Il faut demeurer à l’affût des tendances. L’édition est un monde discret, qui bouge lentement, mais l’information existe si on se fait un point d’honneur de fréquenter les librairies». – Veronica Rousseau, responsable éditoriale de la division française chez Scholastic

Le chemin vers l’édition

Veronica Rousseau s’est retrouvée à son emploi actuel par la force des choses, à la suite d’un baccalauréat en littérature. Elle se destinait à une carrière en révision linguistique lorsqu’elle a aperçu une annonce dans le journal. Les livres ont bercé son enfance passée auprès de sa mère qui était enseignante d’anglais langue seconde.

Ses collègues se reconnaissent davantage dans cette passion commune pour la lecture, que dans un parcours universitaire semblable. «Plusieurs n’ont pas obtenu de diplôme en lettres. Ils ont commencé au bas de l’échelle en tant que stagiaires, puis se sont tranquillement fait un nom grâce à leur soif d’apprendre sur le sujet», décrit-elle. À Montréal, seule l’Université de Montréal offre le D.E.S.S. en édition numérique. Pour se plonger dans le monde de l’édition, il faut se déplacer à l’Université de Sherbrooke.

Les tendances

La littérature jeunesse est l’un des genres les moins bouleversés par l’arrivée du livre numérique. «C’est toujours important pour l’apprentissage de pouvoir manipuler les pages. Les classes ont vogué vers les tableaux blancs numériques, mais les professeurs font toujours un point d’honneur de placer un livre entre les mains de leurs élèves.»

Dans les prochaines années, Veronica Rousseau prédit l’essor des livres sur la pleine conscience et le bien-être. Les livres jeunesse de demain seront plus «intelligents» dans la mesure où ils s’adresseront tant aux parents qu’aux enfants dans un langage plus recherché.

«On voit déjà le phénomène dans le cinéma d’animation. Les auteurs se rendent compte que les enfants sont capables de comprendre beaucoup plus qu’ils en ont l’air. Il ne faut pas sous-estimer l’enfant comme lecteur.» Aspirants écrivains, prenez-en note!

Articles similaires

10:33 28 août 2020 | mise à jour le: 28 août 2020 à 10:33 temps de lecture: 1 minutes
Blanchiment de titres
15:45 4 juillet 2019 | mise à jour le: 20 août 2020 à 12:04 temps de lecture: 1 minutes
On boit quoi?