Carrières
05:00 18 mars 2021 | mise à jour le: 18 mars 2021 à 12:48 temps de lecture: 3 minutes

Les jeunes de 15 à 35 ans impactés par la pandémie dans leur recherche d’emploi

Les jeunes de 15 à 35 ans impactés par la pandémie dans leur recherche d’emploi
Photo: 123RFLes CJE proposent un accompagnement dans les démarches d’insertion sociale, de développement de projet et de recherche d’emploi ou de formation.

Près de 70% des jeunes de 15 à 35 ans à la recherche d’un emploi en Centre de Jeunesse-Emploi (CJE) se disent désorientés par les effets de la pandémie. Certains sont menés à revoir leur choix de carrière, d’autres à reprendre leurs études voire se réorienter.

Ce sondage mené par le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) en février 2021 auprès de 635 jeunes révèle que 40% d’entre eux estiment que la pandémie a perturbé leurs recherches. 13% d’entre eux estiment qu’il y a eu plus d’opportunités d’emploi en 2020.

Les jeunes de 15 à 24 ans sont les plus touchés avec une perte globale de 69 000 emplois au Québec selon l’Institut de la statistique du Québec. 46% ont revu leur choix de carrière, 38% ont repris leurs études et 29% se sont réorientés.

Le manque d’opportunités dans leur domaine est la principale raison à leur découragement ajouté aux contraintes liées aux entrevues à distance ainsi que la préparation de CV ou lettre de motivation.

«Ces résultats renforcent l’importance et la pertinence des carrefours jeunesse-emploi, qui jouent un rôle clé pour les guider dans leur parcours de vie», indique Alexandre Soulières, directeur général du RCJEQ, avant de poursuivre «49% des jeunes font, entre autres, appel aux CJE de leur quartier pour les soutenir dans leurs démarches d’orientation et 41% dans leur cheminement à l’emploi.»

L’est de Montréal

Dans l’arrondissement d’Anjou, le directeur du CJE, Kollo Moïse, constate que l’offre est bien supérieure à la demande. «Les jeunes décrochent et ont une grande difficulté à maintenir leur motivation. Nos intervenants sont là pour apporter leur aide et à les motiver à persévérer dans l’apprentissage scolaire» dit-il.

Lui et son équipe tiennent aussi à travailler en étroite collaboration avec les écoles afin de leur confier les enfants démotivés. «Nous sommes là pour les remotiver et les sortir de la torpeur de la pandémie» ajoute-t-il.

La santé mentale est aussi une grande problématique chez les jeunes, précise la directrice générale du centre horizon carrière et CJE de Saint-Léonard, Lina Raffoul. «On déplore un grand désarroi chez eux, c’est pourquoi nous avons créé toutes sortes d’offres de service comme le centre La Zone, afin de leur donner la possibilité de participer à des ateliers de créations, de formation, de lancement d’entreprise. C’est un local à leur image qui les tient éloignés du côté trop administratif des CJE.»

Les CJE regroupent 111 organismes communautaires répartis dans 17 régions du Québec. Leur mission est d’offrir un accompagnement dans les démarches d’insertion sociale, une aide dans le chemin vers l’emploi, les études ou dans le développement de projet. Ce sont 1500 intervenants qui y travaillent chaque jour auprès de 70 000 jeunes partout au Québec.

Articles similaires