Carrières
17:34 24 février 2013 | mise à jour le: 24 février 2013 à 17:34 temps de lecture: 4 minutes

Trouver sa voie, au cœur d’une épreuve

Trouver sa voie, au cœur d’une épreuve
Photo: collaboration spéciale

Au secondaire, Myrrha s’ennuyait. À tel point qu’elle croyait que l’école n’était pas pour elle.

Elle était pourtant douée, mais elle était également anxieuse. Si bien qu’à la fin de son secondaire, on lui a diagnostiqué une dépression. Même si elle ne souhaite cette épreuve à personne, cela lui aura finalement permis de trouver sa place – en médecine.

Entre la fin du secondaire de Myrrha et son retour aux études, il s’est écoulé un peu plus d’un an. Les étudiants s’accordent souvent une pause entre deux étapes de leur parcours scolaire, pour voyager ou économiser de l’argent. Mais pour Myrrha, cette étape n’a rien eu d’une escale.

«Je n’étais pas partie pour retourner aux études. J’étais très incertaine au sujet de ce que je voulais faire à long terme et c’était une question qui me faisait paniquer», dit la jeune femme de 24 ans.

L’école était synonyme d’ennui, car même si elle y réussissait très bien, elle n’était pas assez stimulée. Elle aurait pu suivre un programme avancé, mais quelque chose l’en empêchait.

«Au primaire, j’ai essayé d’aller chercher plus d’apprentissages, mais j’avais probablement une anxiété de performance, une volonté de trop satisfaire les gens. À la fin de mon secondaire, c’est devenu plus maladif», se rappelle-t-elle.

Le diagnostic tombe l’année suivante : dépression. C’est pendant sa thérapie qu’elle développe un intérêt pour la neuroscience. Puis un jour, le déclic. «Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée, mais tout à coup, j’ai eu envie de retourner en classe. Je me suis rendu compte qu’il y avait des choses qui m’intéressaient et que je voulais poursuivre mes aspirations», dit-elle.

Elle est maintenant en deuxième année de médecine et ne s’ennuie plus. «Les études sont très stimulantes, mais je n’ai jamais été très doué pour avoir beaucoup d’écoute dans les cours magistraux», poursuit-elle. Elle a donc développé des stratégies pour rester stimulée, en s’investissant notamment dans de nombreuses activités. Outre le théâtre, elle donne des formations sur la santé mentale dans les écoles. Elle est aussi représentante d’un réseau d’entraide pour les étudiants en médecine.

[pullquote]

Elle assure qu’elle ne se perd pas pour autant dans l’hyperactivité, car elle connaît ses limites. «Je suis toujours à l’écoute de mes signaux. Je sais par contre que j’ai besoin d’un certain niveau de stimulation. J’ai besoin de sentir que, même si je suis en formation, je peux avoir un impact social et je peux aider les gens autour de moi», précise-t-elle.

Ce détour lui a finalement permis de se connaître et de trouver sa voie professionnelle. «Ma dépression amène une certaine fragilité, on ne se le cachera pas. Mais c’est quelque chose qui m’a amenée à me faire face et à me poser des questions. Et, au final, ç’a été très enrichissant parce j’ai choisi d’apprendre de ma dépression.»

La science prend le métro et le bus
Mettre leur savoir au service de la communauté : tel est le pari qu’ont fait les étudiants qui participent au projet La science prend le métro et le bus. Cette année, les participants ont en commun d’avoir décroché du système scolaire avant de retourner sur les bancs de l’école. Aujourd’hui, Métro vous présente Myrrha, étudiante en médecine.

Pour en savoir plus sur le projet : www.lascienceprendlemetro.qc.ca