Carrières
15:53 10 décembre 2013 | mise à jour le: 10 décembre 2013 à 15:53

L’importance des maths

L’importance des maths
Photo: Métro

Les élèves de 15 ans du Québec réussissent mieux en mathématiques que leurs collègues des autres provinces canadiennes.

C’est du moins ce que permet de constater les résultats du Programme international pour le suivi des acquis (PISA), une enquête menée en 2012 par l’OCDE parmi 65 pays et régions économiques, membres et partenaires.

Seuls les élèves de sept des régions participantes ont mieux réussi les tests administrés lors de l’enquête. Il s’agit de ceux de Shanghai, de Singapour, de Hong Kong, de Taipei, de Corée, de Macao et du Japon. Nos jeunes se placent donc au 8e rang des régions participantes. Quant aux élèves canadiens, ils se trouvent au 13e rang, derrière la Finlande, l’Estonie et la Suisse.

Ces résultats semblent encourageants et, au cours de la semaine dernière, plusieurs commentateurs ont fait remarquer la bonne performance de nos élèves, dont les résultats sont nettement au-dessus de la moyenne de l’ensemble des participants.

Néanmoins, d’autres ont soulevé le fait que les scores des jeunes Québécois, comme des Canadiens, à ce test international diminuent année après année. Ainsi, en 2009, date de l’enquête précédente, les Québécois avaient un score passablement plus élevé qu’en 2012 et se classaient au 6e rang. La même diminution de la performance est observée parmi l’ensemble des jeunes Canadiens, qui s’étaient classés au 10e rang en 2009.

Des professeurs de mathématiques interviewés durant la semaine remarquaient, eux aussi, que les élèves semblent présenter plus de difficultés depuis les quelques dernières années.

Dans la pratique, il est clair que bien des jeunes évitent les programmes de formation qui exigent de fortes compétences en mathématiques. De toutes les matières, les maths sont celles qui demandent le plus de rigueur et d’efforts. Elles sont une source importante d’anxiété pour bien des étudiants, particulièrement s’ils n’en ont pas maitrisé les concepts de base au début de leur cheminement scolaire.

Cette phobie des maths écarte évidemment les jeunes d’un très grand nombre de formations prometteuses. C’est le cas particulièrement de tous les  programmes de génie, d’informatique, de géomatique, de foresterie, d’actuariat, de finance et des sciences de la santé. Les perspectives d’emploi des diplômés de ces programmes sont très bonnes, mais ils exigent d’avoir complété des mathématiques avancées au cégep. Il en est de même des techniques les plus prometteuses du collégial¸ surtout les techniques reliées au domaine du génie et de la santé, qui exigent d’avoir complété les mathématiques du secondaire.

L’importance des mathématiques ne s’arrête pas aux simples exigences scolaires. Bien des emplois qui seront créés au cours des prochaines années seront le résultat d’innovations technologiques et scientifiques aujourd’hui en cours. Ils demanderont donc la maîtrise de savoirs importants en sciences et en maths. Une bonne connaissance des mathématiques sera souvent essentielle pour trouver un emploi dans le monde de demain.

Articles similaires