Carrières
20:50 31 mars 2015 | mise à jour le: 31 mars 2015 à 20:50 temps de lecture: 3 minutes

Bonnes conditions de travail dans les PME

Bonnes conditions de travail dans les PME
Photo: Archives Métro

Selon une étude commandée par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, la qualité des conditions de travail offertes au sein des petites et moyennes entreprises concurrence de façon directe celle des conditions proposées dans le secteur public et les grandes entreprises.

Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), entend, avec cette étude publiée en début d’année, mettre fin à certains mythes. L’image du travailleur se tuant à la tâche une soixantaine d’heures par semaine dans une petite ou moyenne entreprise sans grande contrepartie doit en prendre pour son grade.

Selon les résultats de l’enquête menée en août 2014, les PME offrent donc de «bonnes conditions de travail» et font des efforts pour favoriser l’épanouissement de leurs travailleurs. L’information est d’autant plus importante que, comme le rappelle la FCEI, «les PME procurent environ trois emplois sur cinq au Québec», selon des chiffres transmis par Statistique Canada. Le Québec compte aujourd’hui près de 240 000 entreprises de moins de 500 employés.

L’argent étant le nerf de la guerre, le salaire octroyé dans les PME est un des premiers arguments avancés par la FCEI pour étayer sa démonstration. Le taux moyen est de «18$ l’heure, soit environ 70% de plus que le salaire minimum», se réjouit la fédération dans un communiqué. Néanmoins, il reste en deçà du salaire horaire moyen dans la province (21,90 $ selon le site du ministère de l’Immigration du Québec).

Des embauches à venir
La FCEI vante de plus les «mesures de conciliation travail-vie personnelle» offertes par 87 % des PME. Parmi les
1 021 patrons interrogés pour l’occasion, une majorité évoque notamment la flexibilité dans le choix des vacances (offerte par 63,4% d’entre eux) et dans les horaires de travail (43,3%), les congés non rémunérés pour obligation personnelle (49,3%) ou encore la possibilité d’horaire réduit (30,8%). Dans plus de 6 cas sur 10, les chefs des PME affirment que ces mesures ont permis de meilleures relations avec les employés. Ces derniers se disent en outre davantage satisfaits de leur environnement de travail.

Les avantages sociaux sont également mis de l’avant. Parmi les patrons interrogés, près de 4 sur 10 déclarent offrir «une assurance frais médicaux et maladie complémentaire» (38,6%) et une assurance médicaments (38,5%). Il reste toutefois du chemin à faire pour ce qui est de l’assurance soins dentaires ou lunettes (16,8%).

L’étude mentionne aussi les projets. Les «PME ont embauché davantage qu’elles n’ont eu de départs au cours de la dernière année», rappelle la FCEI, et il devrait en aller de même dans les prochains mois puisqu’elles «prévoient embaucher dans une proportion de 58%» au cours de l’année qui vient. Quelque 36% des patrons affirment de leur côté n’avoir besoin d’aucun
nouvel employé.

Enfin, les salaires devraient être revus à la hausse: en moyenne, une augmentation de 1,3% est prévue. Le chiffre demeure inférieur aux 2,8% de hausse moyenne pour l’ensemble des salariés de la province, estimation annoncée en 2014 par le Conseil du patronat du Québec et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.