Carrières
21:20 11 août 2015 | mise à jour le: 11 août 2015 à 21:39 temps de lecture: 4 minutes

Archiviste médical: une formation méconnue

Archiviste médical: une formation méconnue
Photo: MétroMedical-Record Clerk

Avec des cours de médecine, de biologie et d’accès à l’information, le programme collégial pour devenir archiviste médical est très exigeant.

En 2014, 122 étudiants ont été admis dans le programme technique Archives médicales du Collège Ahuntsic, qui offre une capacité de 134 étudiants.

Dès la première session, nombreux sont les étudiants qui abandonnent. «Il s’agit d’un programme très difficile, qui demande beaucoup d’études. Plusieurs termes médicaux doivent être appris par cœur», explique Annie Gauthier, responsable de la coordination départementale. Celle-ci invite d’ailleurs les candidats potentiels à l’activité Élève d’un jour, qui permet d’assister à un ou plusieurs cours afin d’avoir une meilleure idée de ce qui est offert dans ce programme méconnu.

Les archivistes médicaux travaillent dans le domaine de la santé, mais n’ont pas de contact avec les patients. Leurs tâches se situent au niveau de la gestion du dossier médical. Ils doivent en faire l’analyse, une fois qu’il a été complété par le médecin, afin de s’assurer qu’il est conforme aux règlements et le mettre en code pour le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. L’archiviste médical doit aussi connaître les lois, règlements et politiques relatifs à la confidentialité afin d’être en mesure de répondre aux différentes demandes de consultation de dossier.

Ce programme de trois ans comprend quatre stages pratiques et affiche un taux de placement de 94%. «Puisqu’il s’agit d’un milieu majoritairement féminin, il y a un gros roulement de postes en raison des congés de maternité. Nos étudiants, s’ils n’obtiennent pas immédiatement une permanence, décrochent au moins rapidement un contrat pour du remplacement, ce qui leur permet de mettre un pied dans la place», affirme Mme Gauthier.

Faits saillants
• Il est recommandé, mais non obligatoire, d’être membre de l’Association québécoise des archivistes médicales.
• À Montréal, le Collège Ahuntsic est le seul établissement public francophone à offrir cette formation.
• Le salaire initial moyen est de 20,10$ l’heure.

Au-delà de la paperasse

Archives médicales veronique duclos pare
CV
• Véronique Duclos Paré,
• Titre : archiviste médicale
• Formation : de 2011 à 2014
• Employeur au moment de l’entrevue : Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de la Montérégie-Est
• En poste depuis : 2014

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?
Je ne savais pas ce qu’était une archiviste médicale, mais lorsque j’ai lu la description du programme et la liste de cours, l’aspect médical de la formation m’a intéressée.

Quelles sont les tâches d’une archiviste médicale?
Lorsqu’il y a des problèmes avec l’aspect informatique ou légal des dossiers médicaux, c’est à moi qu’on fait appel. Je réponds aux différentes questions et je guide les gens. Mon téléphone sonne beaucoup! Lorsque le temps me le permet, je réponds aux demandes d’accès de la clientèle. Je fais aussi de la formation auprès de nos différents intervenants au sujet de l’information confidentielle et de tout ce qui touche à la tenue de dossier.

Quelles qualités doit posséder une archiviste médicale?
Être organisée et minutieuse. Il s’agit d’un travail où il y a beaucoup de détails et de précisions.

Quels aspects du travail préférez-vous?
Mes journées sont toujours différentes et je touche à beaucoup de choses. Le matin, je peux faire des tâches en lien avec l’aspect légal des dossiers et, l’après-midi, je serai en formation avec les intervenants du centre.

Quelles sont les difficultés liées à votre travail?
Je n’ai pas toujours les connaissances ou le savoir nécessaires pour répondre aux différentes demandes sur-le-champ. Par exemple, si un intervenant me demande où classer un document, c’est très simple. Par contre, si un intervenant m’appelle parce qu’il est au poste de police et qu’il me demande ce qu’il a le droit de révéler d’un dossier, je dois connaître les règles qui s’appliquent pour lui répondre rapidement… et correctement!

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut devenir archiviste médical?
Inscris-toi à cette technique si tu es prêt à travailler et à étudier. Si tu es prêt à faire des efforts, c’est une très belle technique.

Articles similaires