Éducation
17:00 22 avril 2021 | mise à jour le: 22 avril 2021 à 18:33 temps de lecture: 4 minutes

Premières écoles certifiées en gestion durable

Premières écoles certifiées en gestion durable
Photo: Gracieuseté/Collège BeauboisLe Collège Beaubois compte 1500 élèves, de la maternelle au secondaire. Au premier plan, Delphine Arcand et Louis Bisonnette. Au second, de gauche à droite, le directeur général du collège, Éric Rivard, et le directeur général du CID, Pierre Fillion.

Une certification en gestion du développement durable a été décernée à trois établissements scolaires montréalais, dont le Collège Beaubois. Il s’agit d’une première dans le milieu éducatif québécois.

La certification est octroyée par le Conseil des industries durables (CID) aux organisations s’engageant dans la réduction continue de leur empreinte carbone. Elle comprend quatre niveaux.

Le Collège Beaubois en a atteint le deuxième, Performance. C’est le cas aussi du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie et de l’École de musique Vincent-d’Indy.

Le ministre de la lutte contre les changements climatiques, Benoit Charrette, a félicité les établissements pour la réalisation.

«Notre mission éducative est une mission de développement durable en soi», avance le directeur général du Collège Beaubois, Éric Rivard.

En 2019, l’établissement a entamé la démarche de certification. Il a soumis son dossier de candidature au CID, avec un plan d’action stratégique.

Il obtient alors le premier niveau de la certification, Engagement. À partir de ce moment, chaque deux ans, un audit est effectué auprès du collège pour suivre leurs progrès. Le lundi 19 avril, l’établissement a été approuvé au deuxième palier.

«On pourrait y demeurer et conserver notre certification. En restant réaliste, on essayera de viser le niveau suivant», dit le directeur. Dans les deux prochaines années, la direction tentera d’atteindre ses cibles fixées en matière de réduction des gaz à effet de serre, notamment au niveau de la mobilité des élèves.

Un programme de covoiturage est en préparation. «Notre cible est de diminuer le nombre de voitures solos de 100 par an, pour un total de 300 à 400 dans les prochaines années», ajoute M.Rivard.

L’école développe un partenariat avec une application spécialisée, permettant la mise en contact des parents conducteurs. Le logiciel effectuera différentes mesures, tels les distances jusqu’aux domiciles, et les émissions de gaz.

Implication

Chaque organisation poursuivant la certification nomme un comité écoresponsable. Celui du Collège Beaubois comporte des enseignants et des membres de la direction, ainsi que des élèves.

C’est le cas de l’étudiant en secondaire quatre, Louis Bisonnette. Âgé de 15 ans, il a choisi de s’impliquer après des recherches sur la préservation de la planète et de sa nature. «Ce sont les feux de forêt en Australie et les inondations dans la région de Montréal qui m’ont surtout marqué», explique l’élève, qui parvient à allier sa scolarité et son implication. «Dans notre cursus académique, on apprend et on met en pratique plusieurs concepts de développement durable», affirme-t-il.

Le plus important est de développer chez nos jeunes une conscience environnementale et en faire des acteurs de changement. Éric Rivard

L’établissement possède des installations agricoles sur son périmètre. On y trouve des jardins, une serre et des ruches sur ses toits.

«Ce sont des laboratoires vivants, pour permettre aux jeunes d’y expérimenter les apprentissages faits en classe», décrit M. Rivard.

Les étudiants sont aussi amenés à réaliser des projets coopératifs dans une approche d’économie circulaire. «Dans certains cours avancés, ils doivent faire une mise en marché de récoltes, puis choisir de distribuer les denrées ou les profits à des banques alimentaires», précise M. Rivard.

Depuis deux ans, les parents versent aussi au Fonds vert de l’école une cotisation de 30$ par enfant inscrit, au moment d’acquitter les droits de scolarité.

Articles similaires