Blogue Décrypto

#CRYPTOVEILLE: Taureaux, chasse au trésor, Quadriga…

#CRYPTOVEILLE: Taureaux, chasse au trésor, Quadriga…

Au-delà des 7500 $US ! Le cours du bitcoin décrit une remontée fulgurante ces derniers jours. L’occasion pour Décrypto de vous proposer son quatrième épisode de veille sectorielle truffé d’infos à ne pas manquer.

Quadriga a une ardoise de 215 M$

La plateforme d’échange canadienne déchue ne détient plus que 20,8 millions de dollars d’actifs, précise le site spécialisé Cointelegraph sur la base du dernier rapport de la firme Ernst & Young (EY) mandaté par la Cour pour auditer l’entreprise en faillite. Quant aux dettes de Quadriga, elles s’élèvent à au moins 214,87 M$ mais il est encore difficile de démontrer les montants exacts tant interviennent différentes filiales légales, créanciers et actifs dans cette «comptabilité de mauvaise qualité».

«Un examen complet et approfondi de la situation financière de Quadriga demandera beaucoup de temps et d’efforts et pourrait n’être ni possible ni rentable, étant donné le manque d’informations disponibles, le volume des transactions traitées, le nombre de [processeurs de paiement tiers] et les échanges de cryptodevises impliqués, dont beaucoup à ce jour n’ont pas pleinement coopéré à l’enquête», écrit le rapporteur d’EY.

60 000 chasseurs de clés

D’après le cocréateur du jeu grandeur nature Satoshi’s Treasure, chasse au trésor internationale promettant 1 M$US de récompense en bitcoins, près de 60 000 personnes se sont inscrites pour recevoir les indices, relate le site de référence Coindesk.

L’événement n’attire d’ailleurs pas que les joueurs accros à la crypto puisqu’un groupe d’investisseurs chevronnés s’est engagé à financer les futurs jeux de ce genre.

En attendant, beaucoup de chasseurs du trésor ont formé des équipes en ligne pour collecter les 400 fragments de clés nécessaires au transfert du prix en bitcoins. Une dynamique qui souligne une fois de plus à quel point les bitcoiners sont uniques par rapport aux autres communautés.

Les indices sont répartis à la fois dans le monde physique et en ligne, nécessitant un large éventail de compétences pour que les équipes soient compétitives. Le jeu a en plus amené certaines personnes néophytes à s’intéresser de plus près à la blockchain et aux cryptomonnaies.

L’actuelle flambée du bitcoin promet des jours heureux

Le prix du bitcoin (BTC) a dépassé dimanche pour la première fois en plus de 9 mois les 7500 $US. Si la hausse s’est ensuite ralentie sur la journée, il y aurait pourtant de quoi fanfaronner.

«Il n’y a plus aucun doute, le renversement de tendance est confirmé, les bulls (ndlr: investisseurs croyant au marché durablement haussier) ayant repris le contrôle. Les jours de hausse soutenue non seulement se suivent, mais s’accélèrent. Alors que le plus gros test de l’année à 6000 $ a été relevé avec une facilité déconcertante, même les plus optimistes des scénarios semblent soudainement possibles à court et moyen terme», assure dans sa revue hebdomadaire Philippe Jetté, consultant pour le gestionnaire de portefeuille du Fonds Rivemont Crypto.

Le financier en veut pour preuve la facilité avec laquelle le marché a digéré la cyberattaque de la cryptobourse notamment réputée pour sa sécurité, Binance. Une hausse en dépit de facteurs normalement négatifs est le plus positif des signes, insiste-t-il.

Les «antivirus» à la rescousse de Binance

Énième rebondissement dans le braquage de la plateforme crypto, le trublion John McAfee, le célèbre informaticien créateur du logiciel antivirus portant son nom, a proposé ses services pour aider à débusquer les pirates et retrouver les fonds subtilisés.

Dans un tweet enflammé et lyrique, dont lui seul a le secret, McAfee n’hésite pas à tendre la main vers l’un de ses meilleurs ennemis, Eugène Kaspersky, lui aussi créateur du populaire antivirus du même nom, pour mener une chasse aux voleurs conjointe, épingle le site francophone du Journal du Coin.

Il conviendrait cependant de considérer la démarche comme sérieuse. C’est d’ailleurs ce qu’a fait le PDG de Binance, précisant qu’il adorerait recourir à [ce] cerveau à ce propos.

«Difficile de discerner la sincérité de la démarche, au-delà de l’opportunisme d’ego et de communication, mais il faut reconnaître que l’événement a le mérite de fédérer», remet en perspective le Journal du Coin.

Amende routière payée en cryptos

La police de la préfecture japonaise de Gifu a saisi l’équivalent en cryptos de 3600 $US à un usager qui accumulait des retards de paiement de frais de stationnement depuis des années.

L’anecdote relayée par nos confrères de Cryptonews invite à la réflexion et pourrait naturellement inspirer les autorités d’autres pays. Par cette saisie symbolique, les forces de l’ordre exploitent concrètement la nouvelle loi, introduite l’année dernière, voulant que les cryptomonnaies ont une valeur juridique et financière.

Il faut dire que le Japon reste passionné par les cryptomonnaies et la technologie blockchain, singulièrement son secteur financier. Un certain nombre de banques du pays ont beaucoup investi dans des sociétés de cryptos, y compris des plateformes d’échange.

 

Précédemment dans #CRYPTOVEILLE :

Buffett, Facebook, Starbucks… 

– Hydro-Québec, grandes fortunes, Banque du Canada…

– Anniversaire, faillite, amende… ]

 

NDLR: L’article #cryptoveille est une revue de presse, les avis et informations qui y sont relayés ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction du journal Métro.

 

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remyFranRemy ou francoisremy