Culture

Last Night, ou les mille et une nuits de Moby

Marc-André Lemieux, Métro

Last Night n’a pas été écrit à la suite d’un voyage spirituel en Inde ou d’une belle et paisible randonnée en montagne. Pas besoin d’être particulièrement perspicace pour le deviner. Une seule écoute suffit pour réaliser que le nouvel album de Moby tire son inspiration des clubs branchés de New York, où le dance cosmique résonne dans les haut-parleurs. Métro a discuté musique, boîte de nuit, karaoké… et politique avec Moby.

La chanson Everyday It’s 1989 évoque l’âge d’or des raves avec ses rythmes techno. Pourquoi 1989 et pas 1988 ou 1990?
À mon avis, 1989 est l’année où la musique dance s’est épanouie. Je venais tout juste de déménager à New York. C’était une époque très excitante où plusieurs Européens commençaient à produire des chansons house très dynamiques, menées par le piano.

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez mis les pieds dans un club par vous-même?
J’avais 15 ans. Avec des amis, on était sortis dans un club underground pour aller voir Fear, un groupe punk rock. On était arrivés à 21 h et on avait attendu cinq heures avant qu’ils arrivent. Mais on était tellement excités qu’on aurait pu attendre pendant trois jours!

Où avez-vous enregistré Last Night?
Chez moi, à New York, dans mon petit appartement de deux chambres. Je dors dans la petite chambre, et mon studio d’enregistrement est dans la plus grande.

Vous ne vous sentez pas trop coincé dans ce petit espace?
Non.

Parce qu’on s’attendrait à ce que vous viviez dans un luxueux condo…
J’ai acheté une grosse maison il y a quelques années. J’y ai vécu pendant un mois… jusqu’à ce que je réalise que j’étais trop loin de mes amis.

On ne vous entend pas beaucoup sur cet album…
Je n’aime pas vraiment ma voix. J’aime chanter, mais je sais que ce n’est pas techniquement parfait.

Last Night comprend une chanson en français. Qui chante sur Hyenas?
Elle s’appelle Nabila. C’est une chanteuse française d’origine algérienne que j’ai rencontrée dans un bar de karaoké.

Quand vous faites du karaoké, qu’est-ce que vous chantez?
Ça dépend du nombre de verres que j’ai bus! J’ai réalisé que plus la chanson est simple, moins je risque de me ridiculiser. Je m’amuse à faire des chansons hip-hop.

Par exemple?
In Da Club, de 50 Cent.

Suivez-vous assidûment les primaires américaines?
Oui. Et je crois que Hillary devrait se retirer de la course. J’adore Hillary Clinton. Je suis très fier de l’avoir comme sénatrice de l’État de New York, mais elle a moins de délégués. Elle doit laisser la place à Barack Obama.

Croyez-vous que ça nuit au parti démocrate?
Oui. Le peuple américain veut un démocrate à la Maison-Blanche. Il ne
faudrait pas que ça nous glisse entre les mains encore une fois.

Articles récents du même sujet