Culture

Tegan and Sara: La musique à distance

Geneviève Vézina-Montplaisir - Métro

Jusqu’à tout récemment, Tegan et Sara Quin n’avaient jamais écrit une chanson ensemble. Les deux sÅ“urs jumelles composaient chacune de leur côté avant de partager avec l’autre le fruit de leur travail. Mais les choses ont changé sur leur dernier album indie-rock aux sonorités électro-pop, Saint­hood, paru à la fin octobre. Pour la première fois, les deux Canadiennes ont écrit à quatre mains. Et l’expérience s’est avérée… fort concluante.

«Nous jouons de la musique ensemble depuis plus de 14 ans, mais c’était quelque chose de tout à fait différent d’être assises dans la même salle, de jouer de la guitare, de jammer, d’écrire des paroles, explique Tegan, jointe au téléphone avant les Fêtes. J’ai trouvé ça très inspirant et je crois qu’on va le refaire davantage dans le futur. J’ai trouvé ça cool d’essayer quelque chose de nouveau. En plus, ça nous a permis de découvrir des côtés de l’autre qu’on connaissait moins.» Seulement une pièce de cette nouvelle collaboration s’est retrouvée sur Saint­hood, Paperback Head. Un autre titre de cette expérience se retrouve quant à lui sur l’album de b-sides disponible sur iTunes.

Si les deux sÅ“urs originaires de Calgary n’avaient jamais écrit une chanson à deux, c’est qu’elles trouvaient la pratique de l’écriture trop personnelle pour être partager. Tegan vit à Vancouver, et Sara, à Montréal : donc pas facile non plus pour elles de composer ensemble quand quelques milliers de kilomètres les séparent.

Mais d’ailleurs, comment font-elles pour mener à bien leur projet musical alors qu’elles n’habitent pas dans la même ville? «On reste en contact par téléphone et par courriel. Quand on habitait dans la même ville, on s’envoyait notre travail par mp3, souligne Tegan. On fonctionne donc toujours de la même manière! Nous passons plus de 200 jours de l’année ensemble en tournée. Alors, c’est bien de ne pas être dans la même ville et de passer du temps chacune de son côté. Comme ça, quand on se retrouve, on est vraiment contentes de se voir!»

Je reviendrai à Montréal
Si Tegan vit à Vancouver depuis 1999, cela ne l’empêche pas d’adorer la ville où sa sÅ“ur a décidé de s’établir en 2002. Elle y a d’ailleurs écrit plusieurs des chansons du dernier disque et a très hâte de s’y produire lundi. «On a beaucoup d’amis à Montréal, alors c’est toujours excitant d’y jouer, confie-t-elle. C’est comme être à la maison.»

Fidèles à leurs habitudes, les jeunes femmes risquent de piquer un brin de jasette sur scène. Elles sont en effet reconnues pour partager leurs souvenirs d’enfance, leurs déboires amoureux et leurs péripéties de tournée en spectacle. Dix ans après la sortie de leur premier album, Under Feet Like Ours, les sÅ“urs Quin en ont des histoires à raconter!

«Je pourrais écrire un livre sur ce que j’ai vécu pendant ces 10 ans, affirme Tegan. Je crois que la chose la plus importante que j’ai apprise, c’est que tu dois toujours faire quelque chose que tu aimes. J’ai passé 11 ans à faire des tournées et ce n’est pas facile. Tout le monde pense qu’être dans un band c’est toujours plaisant. Mes amis et ma famille sont déjà venus en tournée avec moi et tout le monde m’a dit la même chose : « Je ne sais pas comment tu fais! » Avoir un groupe, c’est une job remplie de défis, mais j’adore ça. J’adore être dans un band, j’adore voyager tout le temps, j’adore mes fans et j’adore écrire une chanson dans l’intimité, la mettre sur un album et aller sur scène pour la partager avec des milliers de personnes. J’espère pouvoir faire de la musique pendant un autre 10 ans.»

Tegan and Sara
À la salle Wilfrid-Pelletier
Lundi à 20 h

Articles récents du même sujet