Culture

Harlan Coben: L'art du polar

Florence Santrot - Métro France

La devise de Harlan Coben est simple : «Je vous promets de vous tenir éveillés la nuit.» L’auteur de polars américain suscite l’insomnie de ses lecteurs depuis 1995, date à laquelle il a mis au monde son célèbre personnage, Myron Bolitar, un agent sportif et détective à ses heures. Depuis, il a vendu plus de 47 millions de polars. Son plus récent, Le jour où la mort nous sépare, paraît aujourd’hui en format poche. Avec la collaboration des internautes de Métro, nous avons posé quelques questions à l’auteur.

Où avez-vous appris les différentes procédures policières dont vous faites état dans vos romans?
La plupart du temps, j’invente! J’estime y être autorisé parce que les livres, c’est de la fiction. Toutefois, j’ai aussi des amis qui sont policiers!

Est-ce que certains de vos personnages ont vraiment existé?
Très peu. Le personnage de Win s’inspire de mon copain de chambre à l’université, et Myron est un peu comme moi… mais en mieux. Myron est l’homme que je rêverais d’être. Nous avons beaucoup de points communs. Je l’admire… et lui me jalouse! Son rêve dans la vie est de se marier et d’avoir des enfants, ce que j’ai.

Avez-vous aimé le film Ne le dis à personne, adapté d’un de vos romans et réalisé par Guillaume Canet?
Oui, beaucoup. Ç’a été une super expérience de travailler avec Guillaume et avec toute l’équipe du film. Le film a fini par sortir aux États-Unis en juin dernier, et même les Américains l’ont aimé.

Après le succès de Ne le dis à personne, de nouvelles adaptions de vos romans sont-elles en préparation?
Hollywood a toujours quelque chose en cours, mais je n’ai rien de particulier à annoncer pour l’instant. À mon avis, le prochain film sera Tell No One, un remake de Ne le dis à personne. J’écris aussi une série télé qui devrait être diffusée l’année prochaine. Ça s’appellera Hero Complex. Ce sera à chaque fois un drame d’une heure où on suivra un docteur, un avocat et un travailleur social qui aident les gens dans le besoin.

Quel genre de livresaimez-vous lire?
Je lis de tout. Là, je suis en train de lire une série de petites histoires écrites par Caitlin Macy et regroupées dans un ouvrage intitulé Spoiled : Stories. Sinon, mon auteur préféré est Philip Roth.

Est-ce que le succès a changé votre façon d’écrire?
Non, j’écris toujours de la même manière. Ce qui change, ce sont les rendez-vous avec les journalistes et les tournées de promotion des livres. Mais l’écriture et ma vie quotidienne n’ont pas changé.

Qui est votre premier lecteur?
Jusqu’à présent, c’était ma femme. Mais pour le dernier, ç’a été ma fille, qui a presque 15 ans.

Le jour où la mort nous sépare
En librairie dès aujourd’hui
Pour plus de détails sur l’auteur, visitez le site d’Harlan Coben

Articles récents du même sujet