Culture

Métro au 7e ciel

 

1

Want de 3OH!3

Le seul album qui n’a jamais quitté notre lecteur CD cette année. Sur leur deuxième album, Sean Foreman et Nathaniel Motte nous ont offert un savant mélange d’électro dansant, de hip-hop pesant et de pop gomme balloune. Au-delà du délicieux mélange des genres, ce sont les mélodies accrocheuses de Want qui nous ont hypnotisé. De l’irrésistible refrain de Don’t Trust Me à l’agressivité non contrôlée de Punkbitch, en passant par la cynique Starstrukk (en duo avec Katy Perry sur l’édition Deluxe) et l’étonnamment vulnérable Still Around, les 12 pièces de Want n’ont pas fini de nous trotter dans la tête… et c’est tant mieux! (Marc-André Lemieux)

2

Marie-Pierre Arthur de Marie-Pierre Arthur

En 2009, Marie-Pierre Arthur est passée de complè­te inconnue à artiste solo des plus prometteuse. En mars, celle qui s’est fait connaître comme bassiste aux côtés d’Ariane Moffatt  a lancé un excellent premier CD éponyme, coréalisé par elle-même et par deux membres de la formation Karkwa, Louis-Jean Cormier et François Lafontaine. On sent d’ailleurs le petit côté planant du groupe sur cette première offrande. Par contre, la chanteuse possède sa propre couleur musicale, avec de douces mélodies folk et surtout de jolis textes intimistes (cosignés Gaëlle) dans lesquels on se reconnaît. Cette année, on ne s’est pas lassé d’entendre Droit devant et Pourquoi!  (Geneviève Vézina-Montplaisir)

3

Brun de Bernard Adamus

En 2009, Bernard Adamus nous a fait apprécier à sa juste valeur une couleur mal-aimée : le brun! Paru initialement de façon indépendante, le premier opus de l’auteur-compositeur québécois d’origine polonaise, Brun, a par la suite été réédité par l’étiquette Grosse boîte Dare to Care. On a craqué pour les compositions un peu sales à saveur blues-rap (oui, oui!) du chanteur, qui font parfois penser à du vieux Plume. Mais trêve de comparaison, Bernard Adamus possède un style franc et surtout très rafraîchissant. On n’a pas pu résister à sa ballade simili-country Brun (La couleur de l’amour) et à sa touchante complainte, La question à 100 piasses. (Geneviève Vézina-Montplaisir)

4

 

Tu m’intimides de Mara Tremblay
Mara Tremblay se met à nu sur Tu m’intimides… et pas seulement au sens littéral (la pochette vaut mille mots). Après les rythmes aériens de ses Nouvelles lunes (2005), l’auteure-compositrice est revenue, en début d’année, avec un opus où les guitares lourdes et saturées côtoient un esprit toujours aussi country-folk. Tantôt fragile (Tu n’es pas libre, D’un côté ou de l’autre), tantôt tigresse (Hydrocarbone), mais toujours franche et sincère, cette cow-girl des temps modernes rayonne d’un bonheur mature et serein. Dommage que son grand retour à l’avant-scène ait été bouleversé par une hernie discale cervicale qui l’a contrainte à annuler tous ses spectacles prévus cet automne. On se reprend en 2010.       (Marc-André Lemieux)

5

Family de Think About Life

Après un premier album paru en 2006, le trio montréalais Think About Life est revenu en force cette année avec Family, un disque dangereusement pop et dansant. On a adoré le côté éclectique des titres de l’album, mélangeant des sonorités pop, soul, ou disco tout en gardant un petit côté artisanal très charmant. Havin’ my Baby nous a rappelé les belles années des Jackson Five, tout comme Johanna. (Geneviève Vézina-Montplaisir)

6

Labyrinthes de Malajube
Labyrinthes est l’Å“uvre la plus achevée de Malajube (et ce n’est pas peu dire, quand on connaît la qualité des deux premiers CD du groupe). Sombre dans son propos, la dernière galette du quatuor originaire de Sorel-Tracy nous a déstabilisé à la première écoute. Dense et complexe, Labyrinthes ne semblait pas recéler les refrains irrésistiblement pop auxquels la formation nous avait jusque-là habitué. Mais au final, à travers les ambitieuses envolées instrumentales du disque, le génie de Julien, Mathieu, Thomas et Francis a refait surface.     (Marc-André Lemieux)

7

Wolfgang Amadeus Phoenix de Phoenix
Il faut être un tantinet prétentieux pour appeler son album Wolfgang Amadeus Phoenix, mais les gars de Phoenix se sont montrés à la hauteur de leur titre. Le quatuor français y a rassemblé d’excellentes chansons indie pop au beat accrocheur. La preuve? Le groupe était de passage au Métropolis au début du mois et nous a fait danser sur les hits Lisztomania, 1901 et Fences, entre autres. Enfin la consécration pour ces Français qui chantent dans la langue de Shakespeare! (Geneviève Vézina-Montplaisir)

Côté chansons, Marc-André a craqué pour…

1. Beau comme on s’aimede Yann Perreau
On l’a entendu des millions de fois à la radio, mais n’empêche : ce petit bijou pop respire le bonheur extatique. C’est beau comme on l’aime!

2. I Know You Want Me (Calle Ocho) de Pitbull
Pourquoi bouder son plaisir? À chaque année sa bombe dance tropicale. Après les infâmes Calabria (Enur) et autres Asereje (Las Ketchup), le Cubain Pitbull a haussé la barre avec cet irrésistible hymne bilingue. Très caliente!

3. It’s Not Fair de Lily Allen

Quand il est question de sexe, Lily Allen ne mâche pas ses mots… et c’est pour ça qu’on l’aime. Une délicieuse boutade à un ex plutôt mauvais au pieu. En bonus, un intermède country!

4. Big Bird in a Small Cage de Patrick Watson
Cette magnifique et subtile ballade compte sur la participation de Katie Moore, dont la voix empreinte de mélancolie se marie parfaitement à celle de Watson.

5. Use Somebody de Kings of Leon
La voix torturée d’Anthony «Caleb» Followill se déploie glorieusement sur cette power ballad idéale pour les gros shows en aréna. À écouter avec un verre de bourbon.

6. Untouched des Veronicas
L’électro-pop des jumelles Origliasso a finalement réussi à charmer un plus vaste auditoire grâce à cette friandise sucrée qui nous a donné envie de danser comme Kevin Bacon dans Footloose.

7. Pretty Wings de Maxwell
Un beat langoureux idéal pour les grasses matinées au lit, des envolées vocales passionnées et des cuivres diablement soul… Pas surprenant qu’elle soit en lice aux Grammy. Très pretty, en effet.

Côté chansons, Geneviève a craqué pour…

1. I Gotta Feeling des Black Eyed Peas
La chanson de l’été! Dès qu’on l’entend, on a le goût de danser et de faire la fête. (À écouter sans faute avant de sortir en boîte!) LA «feel good song» de l’année 2009.

2. Alive Again de Champion
On avait tellement dansé sur les titres de Chill ‘Em All qu’on avait peur de ne pas aimer le deuxième album de Champion, Resistance. Finalement, on a adoré et on n’a pas fini de danser sur Alive Again au son des guitares des G-Strings.

3.Paparazzi de Lady Gaga
Avec Paparazzi, Lady Gaga a prouvé au qu’elle était plus qu’une fille à faire des succès de piste de danse. Et c’est aussi avec le clip de cette chanson qu’elle a imposé son style unique.

4. In for the Kill de La Roux
Belle découverte de 2009, le groupe britannique La Roux nous a offert plus d’un titre accrocheur sur son premier CD éponyme. In for the Kill est notre préféré, avec son irrésistible saveur rétro.

5. Empire State of Mind de Jay-Z avec Alicia Keys
Du Jay-Z à son meilleur, avec en prime la magnifique voix d’Alicia Keys pour donner un peu de chaleur au refrain.

6. Heads Will Roll des Yeah Yeah Yeahs
Avec l’album It’s Blitz! et des pièces comme Heads Will Roll, les Yeah Yeah Yeahs ont délaissé leur aura underground pour rejoindre un plus large public. Yeah!

7. On va s’aimer encore de Vincent Vallières

Une des plus belles chansons d’amour écrites par Vincent Vallières. On va s’aimer, qu’on retrouve sur Le monde tourne fort, est une promesse du chanteur à sa douce de vieillir avec elle. Simple et belle!

Qu’est-ce qui vous envoie au 7e ciel?
Partagez un coup de cœur en laissant un commentaire au bas de cet article
et votre commentaire pourrait se retrouver dans le journal!
Pas inscrit? Cliquez sur «Se connecter pour commenter».

Articles récents du même sujet