Culture

Tom Ford dans A Single Man: Après Gucci…

Il est à peine assis que déjà Tom Ford s’affaire à la direction artistique de son entrevue. «Est-ce qu’on pourrait baisser la lumière et mettre un peu de chauffage? demande-t-il, scrutant du regard la petite salle de bal d’un hôtel huppé de Beverly Hills. Et je me sens minuscule dans cette chaise!»

Ford est connu pour sa méticulosité, un trait de caractère qu’il a utilisé avec grand succès dans le monde de la mode avec Yves Saint-Laurent, Gucci et sa propre maison de couture. Il en est maintenant à ses premiers pas dans le monde du cinéma avec la réalisation de A Single Man (Un seul homme), adapté du roman de Christopher Isherwood, qui raconte l’histoire d’un homme gai qui fait face au décès de son partenaire de longue date au début des années 1960 à Los Angeles.

Ford admet avoir trouvé facile son passage du monde de la mode à celui du cinéma. «La mode est un domaine dans lequel les gens sont plus solidaires qu’on pourrait penser, explique-t-il. Vous devez avoir une idée, une vision, mais vous devez réussir à communiquer cela à une équipe afin que cette vision soit réalisée et vous devez créer un environnement qui permette à ces personnes de donner le meilleur d’elles-mêmes.»

Il a trouvé que la direction d’un film était semblable aux activités dans le monde de la mode, en particulier quand il a eu sa distribution talentueuse, composée entre autres de Julianne Moore, Matthew Goode, Nicholas Hoult (méconnaissable depuis le gamin déjanté de About a Boy) et Colin Firth, un homme de haute performance, comme le professeur qu’il incarne dans le film.
«Je leur ai laissé beaucoup de marge de manÅ“uvre, affirme Ford. J’ai eu la chance d’avoir de grands acteurs, et j’ai essayé de créer un environnement où ils pouvaient se réaliser. Je voulais qu’ils se sentent à l’aise afin d’obtenir le meilleur d’eux. Que chacun veuille donner la meilleure performance possible.»

Mais Ford réserve ses plus grands éloges pour son homme de premier plan. «Colin est un acteur incroyable. Même dans la plus petite chose que vous ayez jamais vue de Colin, il y a quelque chose qui vient de son intérieur, dit Ford. Et Colin semble parfois bien en contrôle en surface, mais vous savez qu’il y a une émotion énorme en lui. Et cela était absolument parfait à mes yeux pour son rôle.»

Une simple histoire humaine
Étant donné le climat politique actuel entourant le mariage gai – la California’s proposition 8 est passée durant le tournage -, c’est facile de voir A Single Man comme un film à message, mais Ford ne veut pas de telles étiquettes. «L’une des choses que j’ai toujours aimées de Chris­topher Isherwood, c’est la manière dont il traite de l’homosexualité, affirme Ford. Le personnage gai de l’histoire est tout simplement dépeint comme un être humain qui vit sa vie»

«Je ne voulais pas que le film soit l’histoire d’un gai ou une histoire vraie, mais qu’il soit une histoire humaine. Plus nous réaliserons que l’amour entre deux personnes, c’est l’amour en­tre deux personnes, mieux nous nous porterons tous.»

Articles récents du même sujet