Culture

Arctic Monkeys au Métropolis: Un spectacle échevelé…

Montréal devait se compter chanceuse : avec New York, Boston, Chicago, Washington et Pittsburgh, elle figurait parmi les six villes que les gars d’Arctic Monkeys avaient choisi de visiter dans le cadre de leur tournée nord-américaine. En assistant à son concert d’hier soir au Mé­tro­­polis, on aurait souhaité que le groupe ait ajouté un arrêt à son initnéraire : un stop chez le coiffeur.

Les jeunots de Sheffield ont beau proposer un rock fort intéressant sur disque, on peine à l’apprécier sur scène quand on a du mal à les voir sous leurs crinières. Pas évident d’établir une vraie connexion avec le public quand on ne le voit qu’à travers son toupet… Combiné à des pauses trop longues entre les chansons (dans un silence quasi total, de surcroît), cet agaçant tic a contribué à tempérer notre plaisir… et sans aucun doute celui d’une salle bondée qui ne demandait qu’à s’éclater.

Moins accrocheur
C’est avec la sombre Dance Little Liar que la formation a ouvert le spectacle. Plongés dans la pénombre pour la quasi-totalité de la pièce, les musiciens ont haussé le tempo et – fort heureusement – l’éclairage dès la chanson suivante. Les choses ont partiellement décollé avec This House Is a Circus, pendant laquelle le parterre a trouvé une raison de sauter dans les airs.
Comme on s’y attendait, les extraits du troisième opus du quatuor, Humbug, ont été accueillis sans grand enthousiasme. Non pas que les plus récents morceaux du groupe ne sont pas à la hauteur de ce qu’il nous a offert par le passé, loin de là. Ils sont seulement moins accrocheurs. Des bombes comme I Bet You Look Good on the Dance­floor ont toutefois fait le travail.

Pour plus de détails sur le groupe, visitez le site des Arctic Monkeys.

Articles récents du même sujet