Culture

Arctic Monkeys @ Metropolis

  • Arctic Monkeys @ Metropolis
    Lundi 14 décembre

Qu’est ce que je pour­rais écrire sur les Arctic Monkeys et qui n’a pas encore été dit? Depuis 2005, à peu près tous les journaux et maga­zines ont raconté et raconté de nouveau leur histoire. La revoici tout de même, en accéléré : en 2002, Alex Turner, Jamie Cook, Matt Helders et Andy Nicholson forment le groupe indie rock Arctic Monkeys. Ils gravent quelques CD pour les vendre à leurs concerts, puis, très vite, les fans commencent à se les échanger sur l’internet.

Du coup, leur page Myspace (dont ils ne seraient pas les créateurs) devient immensément populaire, et l’engouement commence à gagner de plus en plus de gens. En 2005, devant le succès du groupe sur l’internet, Domino Records leur offre un contrat. Depuis, ils ont enregistré trois albums, parcouru le monde et sont devenus l’un des groupes les plus populaires de la planète. Pas si mal pour des jeunes qui ont maintenant 23-24 ans.

Bref, cette histoire est connue comme Barabas dans la Passion, mais le fait qu’ils personnifient le changement de garde de l’industrie musicale reste d’actualité. Arctic Monkeys ont ouvert les yeux de la planète sur un nouveau modèle d’affaires (toujours en construction) pour les groupes indie. Une nouvelle réalité qui, on le sait maintenant, a changé notre façon de consommer la musique, mais aussi la façon dont les artistes en font la promotion et réussissent à vivre de leur art. Ce qui est encore loin d’être simple avec les ventes de disques qui ne cessent de diminuer.

J’aime beaucoup les groupes qui essaient des choses et prennent des risques avec les nouvelles technologies. Radiohead (tout comme Misteur Vallaire au Québec) en est un bon exemple, avec l’album In Rainbows disponible en téléchargement légal sur l’internet en échange d’une contribution. Arctic Monkeys continuent aussi d’innover. Avant la sortie de son troisième album, Humbug, le groupe a diffusé une prestation en direct sur son site Internet où il en dévoilait certaines pièces en exclusivité. Arctic Monkeys est un groupe de son temps, et son succès n’est pas le fruit du hasard. Le quatuor ose à tous les points de vue et, disons-le, ça lui réussit assez bien. Pas besoin de vous dire que le Metropolis sera sold out.   Métropolis: 59, rue Sainte-Catherine Est
Pour plus de détails sur le groupe, visitez le site des Artic Monkeys

  • 45 King @ Blizzarts
    Vendredi 11 décembre

Hier matin, je n’avais aucune idée de qui était 45 King. J’imagine que c’est un peu votre cas aussi. Cela dit, j’ai l’étrange intuition que vous connaissez très bien les différentes productions de ce DJ et producteur du New Jersey. C’est que DJ Mark the 45 King est l’un des pionniers de la culture hip-hop américaine. Débutant au milieu des années 1980, il sort le hit breakbeat The 900 Number (à «youtuber») en 1987. Cette chanson est l’hymne de tous les breakdancers partout dans le monde. Pour les plus jeunes et les non-initiés, il a entre autres réalisé Hard Knock Life (Ghetto Anthem) de Jay-Z et Stan de Eminem. Ceux qui trouvent que le hip-hop pur et dur n’est pas, ou trop peu, représenté dans les clubs de Montréal se doivent d’aller faire un tour au Blizzarts ce soir. Blizzarts: 3956A, boulevard Saint-Laurent   
Pour plus de détails sur l’artiste, visitez le site de 45 King

  • Yesterday’s Ring & Mockin’ Birds @ Café Camp
    Vendredi 11 décembre

J’ai un petit attachement sentimental envers le groupe Yesterday’s Ring. Leur musique country-gros scotch vient me chercher dans le bas-ventre. Ce projet, démarré par certains membres du groupe punk hardcore The Sainte Catherines lors d’une tournée aux États-Unis, n’est plus qu’un «petit projet parallèle lancé sur un balcon à Memphis».

Avec quatre albums derrière la cravate, Yesterd (pour les intimes) s’est imposé au Québec dans un genre très peu représenté. Ce soir, le groupe nous convie au Café Campus pour un party de Noël en compagnie de ses amis rockeurs de Chi­coutimi Mockin’ Birds. Il y a plus de risques que vous trouviez une vieille flasque de scotch à moitié vide dans votre bas de Noël qu’une pomme ou une orange… Un Noël peu traditionnel en perspective. Café Campus: 57, rue
Prince-Arthur Est

Pour plus de détails sur les deux groupes, visitez le site de Yesterday’s Ring et de Mokin’ Birds

Articles récents du même sujet