Culture

Marie-Pierre Arthur au National: La tempête de l'année

Geneviève Vézina-Montplaisir - Métro

L’année 2009 aura été faste pour Marie-Pierre Arthur : un premier album encensé par les critiques, trois nominations au Gala de l’ADISQ et une rentrée montréalaise réussie. Malheureusement, à cause de la tempête, le National n’était pas rempli hier pour l’occasion enlevant un peu d’atmosphère à une soirée qui aurait pu être davantage survoltée.

De plus, à cause du mauvais temps, nous nous n’avons pas pu assister à un duo entre la chanteuse et Daniel Lavoie sur une chanson, Qui sait, qui se trouve sur l’album éponyme de la musicienne. Cela n’a cependant pas empêché la bassiste devenue artiste solo de nous prouver qu’elle avait l’habitude de la scène. Vraiment à l’aise avec ses interventions avec le public, Marie-Pierre Arthur n’a rien d’une débutante.

Plus rock

En spectacle, ses compositions folk prennent une tournure plus rock, plus électrique, notamment avec la présence du guitariste Olivier Langevin (Galaxie 500) à ses côtés. Malheureusement, celui-ci en met un peu trop, détruisant parfois les ambiances délicates construites par la chanteuse. Un autre invité de marque a accompagné l’artiste sur scène. Louis-Jean Cormier (Karkwa), coréalisateur de la première offrande de la chanteuse, est venu pousser la note pour deux pièces à saveur country : Tout ça pour ça et Never Going Back Again de Fleetwood Mac.

Marie-Pierre Arthur n’a pas besoin des autres pour briller. Soulignons que l’interprète possède une belle voix avec laquelle elle n’hésite pas à jouer en multipliant les harmonies.En 2009, la Gaspésienne nous a agréablement surpris et nous avons bien hâte de voir ce qu’elle nous réserve pour la suite.

Pour plus de détails sur l’artiste, visitez le site de Marie-Pierre Arthur

Articles récents du même sujet