Culture

Noémie, le secret : un vrai conte pour tous

Geneviève Vézina-Montplaisir - Métro

Alors que les films pour enfants made in Québec se font rares sur nos écrans ces dernières années, un film inspiré des romans à succès de la série Noémie de l’auteur Gilles Tibo tentera de tenir tête aux grandes productions hollywoodiennes pendant la période des Fêtes. Il s’agit de Noémie, le secret, réalisé par Frédérik D’Amours et qui raconte l’histoire d’une petite fille de sept ans (et trois quarts) (Camille Felton) qui participe avec son ami Francis (Nicolas Laliberté) à une véritable chasse au trésor depuis l’appartement de sa voisine d’en haut, Madame Lumbago (Rita Lafontaine). Celle-ci, telle une grand-mère, s’occupe de la petite Noémie quand ses parents (Marina Orsini et Paul Dou­cet) travaillent trop tard.

«Quand j’ai lu le scénario, j’ai réalisé que ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas eu un film québécois pour les enfants, souligne Frédérik D’ Amours qui a signé la réalisation des films pour ados À vos marques… Party! 1 et 2. J’adore les films de Walt Disney et Pixar, mais aussi ceux de la série Conte pour tous, alors c’était un beau défi de faire un film au Québec pour toute la famille.»

Parce qu’il ne pouvait compter sur les mêmes budgets que ses voisins du Sud pour réaliser son film, Frédérik D’Amours se devait de travailler avec une comédienne qui pouvait tenir le film sur ses épaules. Noémie, le secret ne pouvait pas compter sur des décors somptueux et des effets spéciaux à la Harry Potter, mais il a pu compter sur le talent de la jeune Camille Felton.
«On avait 128 scènes dans le film et 119 avec Camille, ce qui est énorme, explique le cinéaste. C’était sa toute première incursion dans le cinéma, donc il fallait tout lui expliquer. Mais elle a fait ça comme une pro.»

La principale intéressée, âgée de 10 ans, compare son expérience sur le plateau de tournage du long métrage à un «camp de vacances, mais où tu ne couches pas», et dit avoir eu beaucoup de facilité à se glisser dans la peau de Noémie. «Moi, je suis une fille qui s’adapte à tout», affirme celle qui a appelé pendant tout le tournage Marina Orsini et Paul Doucet maman et papa, pour se plonger dans son personnage, et qui continue de le faire aujourd’hui.

Et les parents?
Comme tout film pour enfants qui se respecte, Noémie, le secret aborde certains thèmes qui parlent directement aux parents. Un de ceux-ci est le peu de temps que les mères et les pères débordés accordent à leur progéniture. «Ce sont les parents que nous sommes, explique Marina Orsini. On se reconnaît dans le film. Sans être moralisateur, le film nous fait un peu regarder nos priorités. En même temps, ça humanise les parents.

On se rend compte qu’on pose toutes les mêmes questions.» Si le succès est au rendez-vous, Noémie, le secret pourrait être le premier d’une série de films pour enfants. Le scénario de la suite est déjà en cours d’écriture, et celui-ci sera tout à fait indépendant des écrits de Gilles Tibo, note le producteur Christian Larou­che.

Noémie, le secret
En salle dès demain

Articles récents du même sujet