Culture

Le groupe Thirty Seconds to Mars sort son troisième album

Nina Ettrup - Métro Copenhague

On l’a connu comme acteur dans des films comme Fight Club, Requiem for a Dream et Panic Room, mais depuis quelques années, c’est comme chanteur de Thirty Seconds to Mars, le groupe qu’il forme avec son frère Shannon, que Jared Leto défraie la manchette. La formation américaine a lancé hier This Is War, son troisième opus. Nous avons rencontré le comédien qui se plaît de plus en plus dans son rôle de rock star.

Comment en es-tu arrivé à un titre si agressif pour votre nouvel album?

Quand on a commencé à travailler à cet album, le monde s’est écroulé. L’enre­gistrement du CD s’est transformé en une sorte de lutte pour notre survie. On s’est battus contre notre maison de disques en plein cÅ“ur de la crise économi­que. C’était un temps d’incertitude, mais aussi de changements et – on l’espère – d’espoir. La pièce-titre, This Is War, dit qu’il faut se battre pour les choses auxquelles on croit. C’est le message de l’album.

Croyez-vous que le monde a changé depuis?
C’est toujours un fouillis, mais avec un peu de chance, on va apprendre de nos erreurs. Le fait que les États-Unis ont un nouveau président est un bon départ.

This Is War est arrivé en magasin le même jour où s’est ouverte la conférence sur les changements climatiques de Copenhague. Mais ton implication dans les causes environnementales ne date pas d’hier…
En effet. Et on continue à promouvoir la cause. Dans notre nouveau vidéoclip, Kings and Queen, on rappelle aux gens qu’ils ne sont pas toujours obligés de prendre leur auto. La bicyclette est aussi une option.

On a accusé les membres de U2 d’hypocrisie parce qu’ils font la promotion d’une planète plus verte, mais leur tournée produit un grand volume de CO2. Penses-tu à l’environnement quand tu pars sur la route?
On fait des efforts pour minimiser notre empreinte carbone, mais il reste que les industries sont les plus grandes responsables de la pollution. Elles ne font pas d’efforts pour des questions d’ordre financier. On a besoin d’une réglementation plus stricte parce que sinon, rien ne va changer. On ne peut pas agir de façon irresponsable et blâmer la récession par la suite.

Tu as déjà dit que tu ne voulais jamais faire la même chose deux fois. Est-ce toujours vrai?

L’ennui. L’évolution. Le progrès. Faire un album est une réflexion de l’époque dans laquelle tu vis et de toi-même. Si tu ne portes pas attention à ça, tu n’es pas à l’écoute de ton développement personnel.

En quoi This Is War diffère-t-il de deux premiers albums?

Sur le plan des paroles, c’est plus spécifique… plus thématique. Le concept de l’opus est plus élaboré et plus fort. Je crois que les chansons vont surprendre pas mal de monde.

Es-tu un bourreau de travail?
J’aime explorer différents trucs et je ne m’ennuie jamais. En fait, je ne me rappelle plus la dernière fois où je me suis ennuyé. Même quand j’étais enfant, je trouvais toujours quelque chose à faire.

Ton frère et toi avez-vous toujours joué de la musique ensemble?

Oui, depuis que nous sommes petits. Parfois, on se regarde et on pense : «Wow! On est en Europe en train de jouer dans une salle énorme!» Je me rappelle quand on pratiquait dans le garage!

Pour plus de détails, visitez le site du groupe Thirty Seconds to Mars

This Is War
Présentement en magasin

Articles récents du même sujet