Culture

Une soirée Artis sous la bannière de l’environnement

Une soirée Artis sous la bannière de l’environnement
Photo: Graham Hughes/La Presse canadienneCharles Tisseyre a gagné un prix pour l'animation de «Découverte».

MONTRÉAL — La crise climatique s’est invitée à la soirée Artis, dimanche, au théâtre Denise-Pelletier à Montréal.

Le gala qui récompense les vedettes du petit écran a pris une tournure plus politique au moment de la présentation de la catégorie de l’animation de bulletins de nouvelles.

Dans un numéro musical, le présentateur Émile Proulx-Cloutier a fait monter sur scène avec lui des jeunes mobilisés pour la cause environnementale, faisant défiler derrière eux des images d’actualité en lien avec les changements climatiques.

Une des adolescentes à l’avant-plan du mouvement, Sarah Montpetit, a invité l’ensemble des artistes présents et des téléspectateurs à la maison à les rejoindre dans la rue le 17 mai prochain, alors qu’ils manifesteront comme ils le font tous les vendredis depuis plusieurs mois.

«Venez défendre la vie que vous nous avez donnée», a-t-elle lancé.

Louis Couillard et Léa Ilardo, co-porte-paroles La planète s’invite à l’université, espèrent pouvoir ainsi grossir leurs rangs et faire monter la pression sur les décideurs.

«La population active doit embarquer avec nous. On ne peut plus être toutes les semaines en train de manifester seuls. C’est un mouvement qui doit devenir sociétal, parce que les changements climatiques touchent tout le monde», fait valoir Mme Ilardo.

À la sortie du gala, plusieurs artistes arboraient déjà un morceau de feutre vert épinglé à leurs vêtements, en soutien à la cause. Parmi eux figuraient les grands gagnants de la soirée, Sarah-Jeanne Labrosse et Gildor Roy.

Ce dernier avait d’ailleurs profité de son discours de remerciement pour faire part d’une pensée pour son petit-fils à naître et le monde dans lequel il vivra.

«Un moment donné, t’as pas le choix. On n’est pas des sans-coeur», a-t-il laissé tomber en salle de presse.

«Les jeunes sont inquiets et ils ont raison de l’être», avait pour sa part déclaré Charles Tisseyre, en allant cueillir son prix pour l’animation de «Découverte».

Le vulgarisateur scientifique s’est engagé à ce que l’émission prenne un virage résolument vert de sorte à faire connaître des solutions à la crise climatique.

«Nous avons un devoir de renverser la vapeur et nous pouvons le faire», a-t-il soutenu en entrevue avec La Presse canadienne.

En tant que journaliste, il se dit à la fois incapable de militer à leurs côtés, mais aussi obligé de reconnaître la solidité de leur argumentaire.

«J’ai été extraordinairement inspiré par ces jeunes-là», a-t-il admis.

Roxanne Ocampo, La Presse canadienne