Culture
05:00 23 mars 2020 | mise à jour le: 23 mars 2020 à 01:19 temps de lecture: 3 minutes

Le Festival International du Film sur l’Art à la maison

Le Festival International du Film sur l’Art à la maison
Photo: Collaboration spéciale«A Bright Light»

Le coronavirus n’aura pas le dessus sur le Festival International du Film sur l’Art (FIFA), qui propose sa 38e édition en ligne. Jusqu’au 29 mars à minuit, plus de 100 œuvres seront disponibles à un prix modique. Nous en avons vu sept…

Albin de la Simone, images fantômes

Albin de la Simone représente le charme par excellence, et ce sympathique documentaire de Pauline Jardel permet d’en savoir davantage sur sa façon d’aborder le monde.Modeste et fragile comme son sujet, le moyen métrage carbure à la bonne humeur, mais également au doute, à la difficulté de pouvoir écrire la meilleure chanson possible. Et puis, il y a ces mélodies euphorisantes, qui font un bien fou en cette période trouble de l’histoire de l’humanité.

An Artist Walk Into a Bar

Il n’y a pas une seconde de trop dans cet essai d’Ava Wiland et de Rafael Salazar, qui mélange fiction et documentaire. En quête d’un verre, l’artiste et performeuse Aki Sasamoto visite un bar, levant au passage le voile sur son fascinant processus créatif, où les objets répondent à leur propre logique. Un plaisir ludique, magique et complètement imprévisible.

The Time is Now #1

Notre quotidien disparaît complètement devant cette invocation d’une liberté rare. La réalisatrice Heidrun Holzfeind n’a eu besoin que de 20 petites minutes pour saisir l’essence d’IRO, un mythique duo de musiciennes japonaises qui ne ressemblent à rien d’autre, notamment en raison de leur légendaire capacité d’improvisation. Avec son montage à couper le souffle, l’effort captive par son savant mélange de silence et de bruit, de sérénité et d’engagement.

Voix des soupirs

La rétine sera au septième ciel devant cette somptueuse animation d’Atam Rasho, qui saisit l’essence du Livre des lamentations, chef-d’œuvre du moine arménien Grégoire de Narek. En partie narré par Sandrine Bonnaire et bénéficiant de différents types de dessins simples ou complexes, ce conte lyrique enchante instantanément avec son imaginaire.

Athabasca

Tourné à Fort McMurray, en Alberta, pendant le grand incendie de 2016, cette expérimentation hors normes signée Philippe Léonard et Michel Wenzer verse allègrement dans l’abstraction, confrontant sans cesse l’ombre et la lumière dans une envoûtante symbiose entre l’image et le son. Un trip viscéral et parfois cauchemardesque qui conviendrait parfaitement à un concert de Godspeed You! Black Emperor.

Murmur

Le reste du marécage où a été érigée la ville de Bruxelles s’éveille lentement dans cet intrigant objet immersif signé Jan Locus et Stijn Demeulenaere. Dans cette œuvre qui se signale par sa magnifique photographie en noir et blanc et son travail sonore exemplaire, l’angoisse et à la beauté ne forment qu’un. Impossible de résister à cette odyssée hypnotique en plein air.

A Bright Light

Karen Dalton, une des chanteuses préférées de Bob Dylan qui fut notamment vénérée par Nick Cave et Joanna Newsom, demeure pourtant méconnue du grand public. La cinéaste Emmanuelle Antille tente de la faire mieux connaître au fil d’un voyage sensi­ble et personnel à travers les États-Unis. L’idéal pour bercer l’âme de beauté et de poésie.


La programmation du FIFA est entièrement disponible à artfifa.com.

Il n’en coûte que 30$ pour avoir accès à l’ensemble du catalogue.

This slideshow requires JavaScript.

Articles similaires